Congo-Brazzaville: Recherche scientifique - Le revers de l'expérience des moustiques génétiquement modifiés

À l'origine, la modification génétique des moustiques a été pensée pour éradiquer l'espèce dans les pays où ces derniers sont vecteurs de maladies graves. Mais ces initiatives ont donné naissance à des moustiques hybrides, selon une récente étude de l'Université de Yale.

Les moustiques sont les principaux vecteurs de maladies virales. Ils causeraient la mort d'un million de personnes par an surtout dans les régions chaudes et tropicales.

Face à ce problème de santé publique majeur, les scientifiques ont envisagé le " spécicide " (l'extermination d'une espèce, car le rôle nécessaire du moustique dans les écosystème est controversé) et relâché dans certaines zones des moustiques génétiquement modifiés avec un gène létale.

Ces moustiques ne devaient pas se reproduire ou ne devaient donner naissance qu'à une si faible descendance qu'elle ne pourrait pas, elle, se reproduire. Mais tout ne s'est pas passé comme prévu, notamment dans la région de Jacobina au Brésil, selon l'étude de l'Université de Yale.

Des millions de moustiques mâles transgéniques Aedes Aegypti ont été relâchés dans cette région pendant plus de deux ans.

Le gène modifié engendrait, selon les scientifiques, la mort de la progéniture ou son incapacité à se reproduire. "L'hypothèse admise était que les gènes de cette souche n'entreraient pas dans la population de moustiques autochtones car la progéniture mourrait.

Mais ce n'est évidemment pas ce qui s'est passé", a déclaré l'auteur principal, Jeffrey Powell, professeur d'écologie et de biologie évolutive. Les moustiques génétiquement modifiés ont réussi à transmettre leur gêne à la population de moustiques initiale.

L'Homme, cet apprenti sorcier

Certains moustiques étaient viables et ont réussi à se reproduire et à transmettre le gène aux moustiques existants.

Soucieux de combattre le problème sanitaire en utilisant peu d'insecticides, le gouvernement brésilien a acheté une nouvelle souche de moustique croisé (mexicain et cubain), mis au point par une entreprise de biotechnologie britannique. Ici encore, un nouvel échec.

L'étude de l'Université de Yale montre que les moustiques se sont reproduits et que la population de moustiques de Jacobina est maintenant un mélange génétique entre la population initiale, les moustiques Aedes Aegypti, et la souche mexico-cubaine.

Selon les chercheurs, cela a conduit à former des populations plus robustes encore. Cependant, cette affirmation ne semble pas étayé par leur article scientifique, vivement critiqué par leurs pairs et menacé de rétractation.

Après un déclin significatif de la population de moustiques, on assiste à un rebond dix-huit mois après.

L'hypothèse des investigateurs est que les femelles évitent désormais de s'accoupler avec les mâles génétiquement modifiés. Finalement, l'impact d'une telle population de moustiques sur la santé publique reste à ce jour inconnue. Affaire à suivre.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.