Burkina Faso: 'Crise humanitaire en cours'

11 Octobre 2019

267.000 personnes ont fui leurs foyers dans le nord et l'est du Burkina Faso en raison des attaques jihadistes, a annoncé vendredi le Haut Commissariat de l'ONU aux réfugiés (HCR), portant le nombre de déplacés et réfugiés à 500.000 environ.

"Quelque 486.000 personnes ont déjà été contraintes de fuir à l'intérieur du pays, dont 267.000 au cours des trois derniers mois seulement", a indiqué le porte-parole du HCR, Andrew Mbogori pendant une conférence de presse à Genève, cité dans un communiqué.

"De plus, 16.000 autres (personnes) sont réfugiées dans les pays voisins", a ajouté le porte-parole. Le précédent chiffre donné par les autorités burkinabè faisait état de 300.000 déplacés.

Ces personnes déplacées fuient vers les grandes villes à cause des groupes jihadistes mais aussi en raison des violences intercommunautaires exacerbées par les attaques.

La région du centre-nord accueille le plus grand nombre de personnes déplacées avec "plus de 196.000" personnes "dans la seule province de Sanmatenga - suivie par la région du Sahel, avec 133.000 personnes dans la province de Soum", selon le HCR.

"Les perspectives de retour immédiat dans leur région d'origine sont faibles. Par conséquent, leurs besoins augmentent ainsi que ceux des familles d'accueil, déjà vulnérables aux crises alimentaires et nutritionnelles", a souligné M. Mbogori.

Le porte-parole a également fait état d'une "crise humanitaire en cours" et de l' "impact dramatique de ces événements tragiques sur la population affectée" dans les localités de Kaya et Barsalogho, au nord-est de Ouagadougou.

Selon le HCR, "quelque 1,5 million de personnes ont aujourd'hui un besoin urgent d'aide humanitaire dans le pays", après que les services essentiels tels que les soins de santé, l'éducation, la liberté de circulation ont été "gravement affectés par les attaques et l'insécurité généralisée".

"La nourriture, l'eau, les abris et les soins de santé doivent être organisés et renforcés immédiatement si nous voulons éviter une autre tragédie dans cette tragédie", selon le texte. "La malnutrition et la famine constituent une menace réelle", a mis en garde l'agence onusienne, appelant à une "urgente réponse humanitaire coordonnée, une nécessité immédiate pour sauver des vies".

Le Burkina Faso, pays pauvre d'Afrique de l'Ouest, est pris depuis quatre ans et demi dans une spirale de violences, attribuées à des groupes armés djihadistes, certains affiliés à Al-Qaïda et d'autres au groupe Etat islamique.

Depuis début 2015, les attaques djihadistes, de plus en plus fréquentes et meurtrières, en particulier dans le Nord et l'Est, ont fait près de 600 morts.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.