Congo-Kinshasa: Planification familiale - La participation du président de la République attendue à la 4ème Conférence nationale

Le secteur de la santé figure parmi les priorités du président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi. Dans son slogan, « le peuple d'abord », ce dernier encourage davantage la collaboration avec le ministère de la Santé publique étant donné que l'engagement conséquent du gouvernement par rapport à cette priorité est très attendu à cette conférence nationale.

« La quatrième Conférence nationale sur le repositionnement de la planification familiale (CNRPF) se tiendra au mois de décembre prochain, à Kinshasa », a annoncé la directrice du Programme national de la santé de la reproduction (PNSR), Dr Lys Lombeya. C'était lors de la conférence de presse organisée hier jeudi 10 octobre 2019 au cercle Le Gourmand, à Kinshasa/Gombe.

À cette occasion, la directrice du PNSR a souligné que la participation du président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, à cette rencontre est « très attendue ». Elle s'est dit convaincue que le premier plan stratégique national de planification familiale va atteindre son objectif de l'augmentation de la prévalence contraceptive moderne de 6,5 % en 2013 à 20% en 2020. « Actuellement, le taux est de 18% à une année de l'échéance », a-t-elle indiqué avant de saluer l'engagement du gouvernement dans cette stratégie. Non seulement par la création d'une ligne budgétaire pour l'achat d'intrants mais aussi par une loi qui est actuellement favorable à la planification familiale. « C'est ce qui fait qu'aujourd'hui, les femmes de la République démocratique du Congo ont accès à la planification familiale », a-t-elle fait valoir.

De son côté, le représentant adjoint de l'UNFPA, Victor Rakoto, s'est déclaré convaincu que la réussite de la promotion de la planification familiale passe par la mobilisation de tous les acteurs, y compris le secteur privé. Selon lui, en RDC, plusieurs raisons indiquent qu'il y a un besoin urgent pour que tous les acteurs se mobilisent autour de la planification familiale.

Le directeur du bureau « Santé » à l'USAID/RDC, Christopher Barrett, a, quant à lui, souligné que, depuis le lancement du plan stratégique 2014-2020 de planification familiale, les organisations bilatérales, multilatérales ainsi que les fondations ont disponibilisé des ressources pour appuyer le ministère de la Santé publique dans la mise en œuvre de ce plan stratégique. Il a également fait remarquer que cette conférence, qui sera organisée en décembre prochain, donnera l'opportunité de mener des discussions sur les résultats déjà réalisés, ainsi que sur les perspectives d'avenir. « Pour notre part, l'USAID a maintenu le niveau de financement ainsi que celui d'approvisionnement en contraceptifs qui était planifié dans le plan de cinq années », a assuré Christopher Barrett.

En plus de fonds du gouvernement et des bailleurs, il y a un effort à faire en vue de mobiliser les fonds du secteur privé pour le programme de santé, y compris pour la planification familiale. Le secteur privé joue un rôle plus important dans ce pays.

La coordinatrice du Comité technique multisectoriel permanent/Planification familiale (CTMP)/PF, Jacqueline Bapura, a, quant elle, présenté sa structure, son rôle et ses objectifs, avant de souligner l'importance que revêt la tenue de ce grand évènement de décembre prochain. D'après Jacqueline Bapura, cette conférence va offrir l'opportunité de mobiliser des ressources additionnelles domestiques et internationales. Mais également de contribuer à asseoir les stratégies pour plus de service de planification familiale aux adolescents et jeunes afin de baliser le chemin de la croissance économique, du développement durable et de l'émergence. Sans oublier d'accompagner le chef de l'État dans la concrétisation de sa vision.

« Cette conférence servira également de plate-forme nationale et offrira un cadre de dialogue du CTMP avec l'ensemble de bailleurs traditionnels de la planification familiale pour renouveler leurs engagements de continuer à financer les activités », a-t-elle expliqué.

Enfin, la coordinatrice du CTMP a rappelé l'engagement de la RDC ainsi que les réalisations significatives de CTMP, en termes d'amélioration de l'accès à l'utilisation des méthodes contraceptives modernes à au moins 2,1 millions de nouvelles utilisatrices femmes et jeunes filles. Ainsi que le décaissement au niveau national de 1 300 000 dollars américains pour l'achat de contraceptifs.

Pour rappel, la planification familiale est un pilier clé pour le développement et l'atteinte du dividende démographique, nécessaire à une croissance économique soutenue et à l'émergence de la RDC d'ici à 2030. Par conséquent, il faut une politique de planification plus hardie, pour réduire sensiblement le taux de dépendance global en dessous du seuil de l'ouverture de la fenêtre d'opportunité, moteur de la croissance économique pour aboutir à la capture du dividende démographique.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Le Potentiel

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.