Angola: Les travailleurs frustrent la manifestation

Luanda — Les citoyens angolais ont afflué sur les lieux de travail vendredi, frustrant les intentions des promoteurs de la manifestation convoquée via les réseaux sociaux.

Partout dans le pays, les services de l'administration publique et les établissements privés fonctionnent sans heurts dès les premières heures de la journée. Le long des rues et des avenues principales, la circulation routière et piétonne est faite normalement, avec les services de transport publics et privés fonctionnant pleinement.

La capitale angolaise, la plus agitée du pays, se présente comme d'habitude, avec des embouteillages, des pleins dans les arrêts de taxis et de transports en commun. En début d'après-midi, des milliers de personnes sont parties dans les écoles et autres lieux d'intérêt de la capitale angolaise, où le commerce n'est pas enregistré des anomalies. Malgré les appels à rester chez eux pour protester contre les mesures prises par le Gouvernement angolais, lancés par des personnalités publiques, des travailleurs, des étudiants, des commerçants, des chauffeurs de taxi et des professionnels d'autres secteurs, se sont rendus sans crainte sur le lieu de travail.

Les banques, les hôpitaux, les bureaux d'enregistrement, les conservatoires, les écoles publiques et privées, les chauffeurs de taxi, entre autres, fonctionnent normalement prêtant service restent à leurs usagers.

Ce scénario est le même partout au pays. S'agissant de la manifestation, certains travailleurs ont été indifférents à l'appel lancé sur les réseaux sociaux, affirmant que l'absentéisme n'était pas le meilleur moyen d'améliorer la situation sociale et économique du pays. Fatima Madeira, une employée de banque arrivée avant 19 h 30, déclare qu'il n'y a aucune raison de rester à la maison. Gizela Passos, également banquière, considère le mouvement à Luanda, en particulier à Kilamba, sa région de résidence, comme égal aux autres jours. La banquière indique également qu'elle n'avait aucune raison de rester chez elle, affirmant que cela ne pouvait se produire que par force majeure (problèmes de santé ou autre événement familial).

La manifestation a été convoquée par un groupe de personnalités publiques, notamment des musiciens, pour protester contre la montée du chômage et le coût de la vie en Angola. Ces problèmes découlent de la crise économique et financière qui a éclaté dans le pays en 2014 en raison de la chute des prix du pétrole. Pour contrer ce scénario difficile, le nouveau gouvernement, dirigé par le Président João Lourenço, a mis en œuvre des mesures économiques visant, entre autres, à diversifier l'économie. Dans le cadre de son programme, le Chef de l'Etat a promu des politiques visant à augmenter l'assiette fiscale, à lutter contre la corruption, à améliorer le climat des affaires et à stimuler l'emploi. L'Exécutif a promu des mesures pour mettre fin aux monopoles et aux oligopoles en redéfinissant l'activité des entreprises à faible performantes par le biais des privatisations.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.