Angola: Le volume d'affaires entre le pays et l'Italie chute à 50%

Lubango (Angola) — Les échanges commerciaux entre l'Angola et l'Italie, estimés à un milliards et 326 millions d'euros, en 2016, ont connu une décroissance de 50 pourcent.

Cette situation est due non seulement au manque de marché, mais surtout à la chute du prix de pétrole, principal produit d'importation angolais vers Rome, a fait savoir vendredi l'ambassadeur italien en Angola, Claudio Miscia.

Les données fournies par ce diplomate indiquent qu'en 2014, les exportations de l'Angola vers l'Italie étaient estimées à 928 millions d'euros. En 2017, elles ont chuté à 246 millions d'euros.

Par contre, en 2014, les exportations de Rome vers Luanda étaient évaluées à 398 millions d'euros. Et trois ans plus tard, elles ont décru à 281 millions d'euros.

Se confiant à l'ANGOP, à Lubango, chef-lieu de la province de Huila (sud), l'ambassadeur a dit que les statistiques ne reflétaient pas toujours ce qui est réellement exporté, car la majeur partie des exportations vers l'Angola etait calculée à partir du Port de Rotterdam (Pays-Bas).

Et quelques fois, les importateurs des produits italiens sont des portugais, des espagnols ou des sud-africains, a-t-il expliqué.

« L'important c'est de raccourcir les routes les plus longues. C'est pourquoi nous effectuons actuellement un travail profond au Bureau du commerce de l'Ambassade italienne à Luanda, en vue d'encourager les entrepreneurs angolais à contacter directement les fabricants en Italie pour augmenter le volume d'affaires », a-t-il souligné.

C'est clair qu'en temps de crise, l'importation de produits de luxe diminue, c'est donc tout à fait normal, a-t.-il dit.

C'est qui est plus important, c'est qu'il y a eu augmentation d'importation des machines. Cela prouve que l'Angola importe actuellement moins des produits finis et produit localement avec des équipements italiens, a-t-il indiqué.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.