Congo-Brazzaville: Dialogue national - Le secrétariat permanent prépare déjà le terrain

Président du Congo, Denis Sassou Nguesso

La cellule de communication poursuit ses contacts auprès des forces vives du pays. Elle a échangé, le 11 octobre à Brazzaville, avec la coordination de la majorité présidentielle, dans la perspective de l'organisation de la concertaion nationale.

Conduite par le directeur de cabinet du secrétaire permanent du Conseil national du dialogue, Joseph Christian Dzinga Boubanga, la délégation mène, depuis quelques jours, le travail préparatoire des consultations auprès des forces vives de la nation, en vue des prochaines descentes de son secrétaire permanent, Martin Mberi.

En effet, la séance de travail avec la majorité présidentielle consistait à identifier et sérier les questions d'intérêt général qui se posent actuellement dans le pays et pouvant constituer le socle d'une discussion au niveau national.

« Nous venons donc recueillir vos impressions, préoccupations et propositions pour permettre au secrétaire permanent de délimiter les contours d'un premier cadre de réflexion dans la perspective de la mise en place du processus constitutionnel vers l'organisation d'un dialogue national », a circonscrit Joseph Christian Dzinga Boubanga, en guise d'introduction.

Ainsi, les échanges ont tourné autour des questions qui minent la vie collective nationale, notamment sur les plans politique, social, économique et culturel. Le chef de la délégation a également partagé avec les participants une réflexion sur la loi organique n°30-2017 du 7 août 2017, déterminant l'organisation, la composition et le fonctionnement du Conseil national du dialogue en ses articles 1 à 5.

« Aujourd'hui, certainement, il y a des questions qui sont majeures et que nous devons identifier pour en faire le socle de la discussion au dialogue national. Elles sont des problèmes généraux d'ordre économique, politique, organisationnel et institutionnel. Tout cet éventail constitue des questions qui font en sorte que le dialogue se tienne dans notre pays », a expliqué Joseph Christian Dzinga Boubanga à la presse, après le huis clos.

En effet, la coordination de la majorité présidentielle, conduite par l'un de ses membres, Tanguy Fouemina du Rassemblement citoyen, a écouté les analyses présentées par la cellule de communication du secrétariat permanent du Conseil national du dialogue.

En l'absence des ténors de cette plate-forme, les deux parties ont convenu de se retrouver prochainement. Question de permettre à la majorité présidentielle de se réunir, afin d'apporter ses opinions et points de vue y relatifs.

« Nous avons bien enregistré votre intervention. A la majorité présidentielle, nous avons un fonctionnement qui, devant les grandes questions, nécessite que nous nous retrouvions. Donc, nous allons faire le point à la lumière de votre réflexion avant de revenir vers vous pour trouver ensemble ce qui sera consigné dans la fiche synthèse », a assuré le Dr Tanguy Fouemina.

Notons que cette démarche entreprise par le secrétariat permanent du Conseil national du dialogue s'inscrit dans le cadre des résolutions prises à l'issue du séminaire de lancement officiel des activités de cette institution. Il s'agit, entre autres, de la mise en place d'une cellule de communication, chargée de conduire le travail préparatoire des consultations des forces vives de la nation, en vue des descentes du secrétaire permanent.

S'agissant du secrétariat permanent, c'est l'organe représentatif du Conseil national du dialogue qui est chargé de mener au quotidien les missions de concertation, d'apaisement et de recherche du consensus entre les forces vives de la nation.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.