Sénégal: Une diplomate française rappelle la nécessité d'un "dialogue continu sur les questions globales"

La France préconise un partenariat ouvert à l'Afrique, qui s'accompagne d'un "dialogue continu" sur "les questions globales", en vue de trouver des solutions aux défis auxquels le monde fait face, a indiqué son ambassadeur au Maroc Hélène Le Gal.

"Il faut un partenariat qui s'accompagne d'un dialogue continu et très précieux sur les questions globales, tout en s'ouvrant à l'Afrique. Ce partenariat constitue de ce point de vue, une vraie tentative pour bâtir une mondialisation plus équilibrée et profitable à tous", a déclaré la diplomate.

Dans ce cadre, la France préconise un soutien à la construction de la paix et la stabilité du monde en vue du règlement des crises qui menacent la planète, a indiqué Mme Le Gal.

Elle prononçait le discours du Premier français Edouard Philippe, à l'ouverture de la 12e édition de la 12e édition de la "World Policy Conférence (WPC), ouverte ce week-end à Marrakech, en Côte d'Ivoire, avec notamment comme invité le Premier ministre ivoirien Amadou Gon Coulibaly, pour parler de la place de l'Afrique dans "un monde en perpétuel mouvement".

"Nous devons soutenir la construction de solutions politiques. La crise iranienne est sans doute celle dont l'acuité est la plus forte.

Mais nos objectifs n'ont pas varié. Ils consistent à faire en sorte que l'Iran ne se dote jamais de l'arme nucléaire", a dit la diplomate à l'ouverture de cette rencontre à laquelle participent plusieurs personnalités et des sommités mondiales.

L'ambassadeur de France au Maroc a rappelé la position du président français sur ce sujet, réitérée lors de la dernière Assemblée générale des Nations unies en septembre.

Selon Hélène Le Gal, Emmanuel Macron milite pour "une désescalade" dans le dossier du nucléaire iranien, en vue d'un règlement pacifique politique de cette crise. "Il appartient aux parties de s'en saisir pour réenclencher une dynamique constructive", a-t-elle commenté.

Elle est revenue sur le "défi" du changement climatique, domaine dans lequel "la France a considérablement renforcé sa mobilisation en particulier depuis" la dernière édition du "One Planet Summet" en mars dernier à Nairobi, au Kenya.

"L'urgence aujourd'hui, c'est de mettre en œuvre les engagements de l'Accord de Paris et de faire en sorte que nos agendas diplomatiques et commerciaux tiennent compte désormais de l'enjeu environnemental", a souligné Hélène Le Gal.

Le "One Planet Summit" a vocation à favoriser l'émergence de solutions concrètes en faveur de la transition vers une économie bas carbone, et pour l'adaptation au changement climatique.

Il a pour objectif de trouver de nouveaux financements et nouveaux partenariats permettant d'assurer la mise en œuvre des négociations internationales sur le climat

Il y a cependant que la prise de conscience relative aux enjeux de l'environnement "ne suffit plus" et doit impliquer une plus grande prise en compte de la problématique du développement durable, selon Mme Le Gal.

"C'est tout notre modèle de développement qu'il faut transformer pour réduire les inégalités en particulier entre les femmes et les hommes", a-t-elle relevé.

Un autre "défi" tient à la construction d'une "mondialisation raisonnablement ouverte dont les bénéfices profiteront à tous de manière beaucoup plus équitable qu'aujourd'hui. La stabilité même relative du monde profite aux échanges, à la mondialisation", a dit la diplomate.

Dans cet esprit, la France s'engage "en faveur de la réforme de l'organisation mondiale du commerce à un moment où certains remettent en cause le multilatéralisme. Nous sommes en faveur d'un commerce libre et ouvert qui est un facteur très puissant de paix", a-telle martelé.

"Pour qu'il continue à l'être, a-t-elle poursuivi, ce commerce doit devenir loyal et obéir à un principe de réciprocité. La primauté du droit est un des leviers essentiels pour y parvenir. Le droit est le meilleur allié de l'échange", a conclu l'ambassadeur de France au Maroc.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.