Cameroun: Les émeutes de Sangmélima parlent à Paul Biya

14 Octobre 2019

Les affrontements interethniques dans la ville de Sangmélima, département du Dja et Lobo, région du Sud font la résistance. Des communautés quittent la ville par peur de représailles.

Quel est le bilan des affrontements interethniques des 9 et 10 octobre dans la ville de Sangmélima ? Des commerces saccagés avec des pertes évaluées à plusieurs centaines de millions. Et toujours, la tension couve. Face à ce climat délétère, « Les Bamouns quittent Sangmélima » Des départs massifs ont été enregistrés pendant le week-end. Les « élites et le forces vives » de la région sont descendues sur le terrain pour désamorcer la bombe. Sur place, on a ouvert la boite de pandore. Un tableau plutôt sombre. Le journal Essingan est revenu « Face au-ras-le-bol des populations du fait des exactions impunies dont elles sont victimes, assassinats, viols, trafics des organes et ossements humains, le chef de la délégation permanente du Rdpc pour le Dja et Lobo, joue plutôt la carte de l'apaisement »

Les jeunes ont pointé le doigt accusateur sur une élite qui se sert d'eux pour son ascension et son positionnement dans la haute échelle de la société. Le journal La Météo donne « les vraies raisons des émeutes de Sangmélima ». Les insurgés se disent abandonnés par les autorités de la ville face à l'insécurité rampante et à l'impunité des auteurs d'atrocités à répétition. Et expriment leur ras-le-bol face à la misère à laquelle ils sont confrontés. C'est dans ce climat de tension qu'une réunion baptisée "dialogue intercommunautaire" Présidée par Félix Nguélé Nguélé, le ministre d'Etat Jacques Fame Ndongo.

A l'occasion, La ville a fait le compte des émeutes, « sur fond de jeux de massacre au sein de l'élite » Au cours de laquelle joutes oratoires et invectives se sont mêlées sous fond de positionnement personnel. Les jeunes ont criés leur ras-le-bol. Les élites ont appelé Paul Biya au secours « s'appuyant sur la logique du chef de l'Etat, s'est particulièrement illustré par un discours apaisant, exaltant le vivre-ensemble ».

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Camer.be

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.