Cameroun: Port de Douala - Plus de 2000 emplois directs et indirects menacés à DIT

14 Octobre 2019

La gestion du terminal à conteneurs au port de Douala reste une préoccupation. Apres son attribution contestée à TIL, le Personnel de DIT est au désarroi. Leurs emplois sont fortement menacés.

Une attribution contestée

La course pour la concession du terminal à conteneurs du port de Douala a-t-elle définitivement livré son résultat ? Cyrus Ngo'o, le directeur général du Port autonome de Douala (PAD), l'entreprise publique qui gère la plateforme portuaire de la capitale économique camerounaise, a rendu publique, la sélection de la société Terminal Investment Limited (TIL, basée à Genève, en Suisse) comme adjudicataire provisoire de la concession du terminal le 16 Septembre 2019.

Une décision fortement contestée par Douala International Terminal (DIT), présente au Port depuis 2005. le consortium Bolloré-APM Terminals a été « exclu de la course » de façon peu ordinaire. L'affaire est pendante au tribunal administratif de Douala. Sur la place portuaire, on indique que le « tribunal doit vider le contentieux » avant une éventuelle finalisation de ce contrat. Etant entendu que le bail de DIT cours jusqu'en Décembre 2019. Ici on précise que l'affaire de la concession du Terminal n'est pas close.

Des emplois menacés.

Bien plus et comme cahier de charge prescrit par la tutelle portuaire, « L'opérateur TIL devrait donc engager assez rapidement un certain nombre d'actions, en phase avec la tendance aux réformes structurelles en cours » Toutes choses qui, depuis le mois de septembre ne semble pas suivre les règles de l'art. Le nouvel operateur TIL se montre de plus en plus réticent quant au transfert des employés de DIT. On le sait déjà, au ministère du travail et de la sécurité sociale, le repreneur ne souhaite pas reprendre les employés de son concurrent. En conséquence, une psychose s'est installée de ces travailleurs « si jamais le contrat de concession du terminal est effectivement attribué à TIL, nous sommes fortement inquiets pour nos emplois à partir de janvier 2020 » Et pourtant, dans une déclaration à la television, Maurice Djoko, Conseiller Technique n°2 au Pad, et président de la commission ad hoc d'attribution de la concession affirme : « Nous avons pris langue avec Dit, pour nous concerter sur les modalités de transfert du personnel.

L'objectif clairement affiché par le directeur général du Pad étant que tout soit mis en œuvre pour que ce personnel soit reversé au nouveau concessionnaire ». Au total, prés de 500 emplois directs sont menacés de licenciement économique par DIT en raison de la perte de son activité au port de Douala. A ceux là, il faut ajouter près de 1500 emplois indirects. Cette situation serait consécutive à une d'une adjudication peu orthodoxe qui compromet l'avenir des familles de collaborateurs expérimentés qui depuis 2005.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Camer.be

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.