Sénégal: Sédhiou - Des émeutes du Kankourang opposent jeunes et forces de sécurité

14 Octobre 2019

Le pire a été évité de justesse à Sédhiou avant-hier, samedi 12 octobre, dans la soirée. Des jeunes qui tiennent à organiser leur «Jambadong» qui est une forme de danse collective avec apparition du Kankourang «masque mandingue» ont fait face aux Forces de l'ordre engagées à faire appliquer la mesure de suspension provisoire de sorties de Kankourang. Il y a eu des échanges de projectiles, de pierres contre des grenades lacrymogènes.

Des barricades ont été érigées et des pneus calcinés sur les principales artères de la ville et d'importants dégâts matériels notés.

Le ministre maire de Sédhiou en charge de la Culture et de la Communication, Abdoulaye Diop, a présidé une rencontre qui se propose d'élaborer une Charte qui va réorganiser cette culture.

Bien des artères principales de la ville de Sédhiou ressemblaient, samedi dernier, à un véritable champ de bataille.

Jets de pierres contre grenages lacrymogènes, ce sont de véritables scènes d'intifada qui ont opposé les Forces de l'ordre aux jeunes de la ville de Sédhiou, de 18 heures à 23 heures ; soit cinq tours d'horloge.

Les axes routiers menant à la SENELEC, au rond-point, au CDEPS, à la gare routière, au poste de santé Dembo Coly et au lycée Ibou Diallo étaient bouclés par les manifestants qui y ont érigé des barricades au moyen de troncs d'arbres et calciné des pneus à différents endroits.

Les manifestants ont aussi pris pour cible le Tribunal d'instance dont l'enseigne lumineuse est cassée et les moteurs de climatisation juchés sur les pans de mur endommagés. Il s'en est suivi des courses poursuites et, par endroit, les grenades lacrymogènes ont même atterri dans des maisons pour disperser la foule.

La Police a interpellé dix personnes qu'elle a relâchées dès le lendemain matin. Ce regain de violence fait suite à la mesure de suspension des sorties de Kankourang, prise par le préfet Ibrahima Fall, le temps de retrouver le calme, expliquet-il.

Pendant ce temps, était programmé le grand «Juju», une sortie collective des initiés au quartier Julescounda, avec apparition de Kankourang.

L'autorité qui qualifie cet acte de défiance à la mesure préfectorale a alors décidé de répliquer avec des patrouilles pour faire respecter l'ordre public.

Ces manifestations présagent de fortes appréhensions sur la tenue, mercredi prochain 16 octobre, du procès du Kankourang suite à une plainte déposée par une sage-femme, avant d'être retirée, pour coups et blessures, le samedi 21 septembre dernier.

Au lendemain de ces échauffourées nocturnes qui ont opposé les jeunes aux Forces de l'ordre, c'est un calme précaire qui a régné dans la ville.

Calme adouci davantage par une pluie matinale qui a arrosé une bonne partie de la région de Sédhiou, avec quelques coups de vent sans toutefois faire de dégâts. Par ailleurs, beaucoup de commerces ont aussi baissé les rideaux par mesure de prudence.

Toutefois, le ministre de la culture et de la communication Abdoulaye Diop, maire de Sédhiou a présidé hier, dimanche 13 octobre une rencontre de concertation élargie à tous les acteurs socio-culturels de la commune de Sédhiou.

Des appels sont lancés en faveur de l'apaisement mais surtout de la mise en place d'un document cadre autour des festivités et faits culturels dans la région.

Une charte commune sera élaborée avec l'implication des régions de Ziguinchor, Kolda et même Mbour qui connaissent également les mêmes difficultés dans l'expression de leur culture dans un contexte de modernisation des villes.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.