Afrique: Zone de libre-échange continentale - Les parlementaires continentaux s'imprègnent

Deux communications sur cet accord entré en vigueur sur le continent en mai dernier ont été présentées à cet effet au cours d'une séance plénière jeudi, 10 octobre 2019 à Midrand en Afrique du Sud.

L'accord portant Zone de libre-échange continentale en Afrique (Zleca) est sans doute l'un des instruments juridiques de l'Union africaine, dont la ratification par les Etats membres n'aura pas posé beaucoup de problèmes. Il a été signé à Kigali au Rwanda par 44 pays le 21 mars 2018. La Zleca est entrée en vigueur le 30 mai 2019, ayant déjà obtenu au moins 22 ratifications nécessaires, seuil franchi le 29 avril 2019. Le Cameroun, pays signataire en mars 2018, a ratifié l'accord en juillet dernier.

Véritable levier de l'intégration économique du continent, la Zleca devrait aboutir à la création d'un marché unique pour les marchandises, les services, les investissements, les droits de la propriété intellectuelle et la circulation des personnes. A l'heure actuelle, le commerce africain dépend à 40% de produits manufacturés, a indiqué aux parlementaires panafricains hier à Midrand, le commissaire de l'Union africaine en charge du Commerce et de l'Industrie. Le Zambien Albert M. Muchanga a entretenu lres membres de l'institution législative de l'Union africaine (UA) sur le lancement et la mise en œuvre de cet instrument. « L'échec n'est même pas envisageable » a-t-il lancé, s'appuyant sur les nombreux arguments présentés par le continent. Car aujourd'hui, l'Afrique représente un vaste marché d'environ 1,5 milliard de consommateurs, si les 55 Etats du continent venaient à adhérer à la Zleca, a poursuivi l'orateur.

Ce qui, à terme, devrait permettre une élimination progressive des barrières douanières et permettre l'augmentation de 60% d'ici à 2022 des échanges intra-africains. Il est donc important que les pays du continent mettent tout en œuvre pour sa réussite. Et dans ce cadre, la cinquantaine de parlementaires ayant pris la parole au cours des échanges a reconnu le rôle qui leur est dévolu en la matière. « Les parlementaires doivent amener la question de la Zone de libre-échange continentale au niveau des peuples. Il est important de ratifier la libre-circulation des personnes et des biens sur le continent », a pour sa part relever le président du Parlement panafricain, Roger Nkodo Dang qui présidait les travaux de la séance plénière d'hier.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.