Cameroun: Un engagement constant

La participation du président de la République, Paul Biya, à la sixième Conférence de reconstitution des ressources du Fonds mondial de lutte contre le Sida, la tuberculose et le paludisme dont les travaux se sont tenus la semaine dernière à Lyon (France) est loin d'être un fait anodin.

C'est la première sortie officielle du chef de l'Etat en dehors du territoire national depuis sa brillante réélection à la magistrature suprême le 7 octobre 2018. C'est dire toute l'importance de ce déplacement dans le cadre d'une conférence internationale visant l'amélioration de la santé au Cameroun, en Afrique et dans le reste du monde. Ce forum ne pouvait laisser indifférent le président Paul Biya dont l'humanisme est connu tant au Cameroun qu'à l'extérieur du triangle national.

On sait que l'épanouissement de l'Homme dans sa globalité a toujours été au centre des préoccupations de Paul Biya. Il est d'ailleurs un des axes prioritaires de son projet de société et de son programme politique. Une option qui se traduit sur le terrain par l'amélioration et le renforcement constant de l'offre de santé dans les dix régions du territoire national. Tant il est vrai qu'il serait illusoire d'adresser la question du développement, sans résoudre au préalable l'équation de la santé des populations.

S'agissant particulièrement de la lutte contre les pandémies de sida, de tuberculose et de paludisme, des progrès significatifs ont été faits au courant des dernières années au Cameroun. C'est ainsi que grâce aux efforts du gouvernement et de ses partenaires, les centres de dépistage et de prise en charge ont été multipliés. Des médicaments sont distribués gratuitement aux patients, des moustiquaires imprégnées offertes aux populations. La prévention de la transmission du VIH de la mère à l'enfant est également une réalité dans notre pays.

Quant au Fonds mondial, il alloue depuis sa création d'importants financements à notre pays. Les fonds mobilisés en faveur de notre pays pour les cycles 2014-2016 et 2017-2019 s'élèvent à plus de 298 milliards de FCFA. Un soutien qui a notamment fait reculer la prévalence du VIH au Cameroun, la faisant passer de 4,3% en 2011 à 3,4% en 2018. Une performance appréciable certes mais qui demeure préoccupante au regard du chemin qui reste à parcourir en vue de l'éradication de cette pandémie.

On comprend mieux l'engagement du président de la République à intensifier le combat engagé avec le concours du Fonds mondial. Sa participation aux assises de Lyon devrait offrir l'opportunité d'une prochaine mobilisation de fonds en faveur du Cameroun. Des perspectives prometteuses s'offrent donc pour l'avenir à condition que tout soit mis en œuvre pour une meilleure utilisation de ces financements et une forte implication de l'ensemble des populations à la lutte.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.