Maroc: Une journée sans voiture - L'idée est louable mais la manière n'y était pas vraiment

L'initiative est passée inaperçue pour la majorité des habitants

Si l'on en croit les organisateurs, la journée sans voiture qui s'est tenue avant-hier à Casablanca et Mohammedia, aurait laissé un écho favorable auprès des habitants des deux cités. Ça c'est pour la version officielle et policée à souhait. Mais on n'est pas obligé de la croire. D'autant plus que la réalité a été un peu plus contrastée. Contrairement à ce qui est dit, cette initiative, fort louable, est passée quelque peu inaperçue. Les conditions de sa mise en place y sont pour quelque chose tout comme le temps maussade qui dominait les deux villes ce jour-là.

Prenons l'exemple du boulevard Ba Hmad. Déjà, il fallait vraiment s'approcher du stand qui y était installé pour savoir pourquoi des jeunes, pas plus d'une quinzaine, s'y agglutinaient. Ensuite, si l'idée de base est véritablement de sensibiliser les conducteurs sur les dangers de la pollution de l'air, force est de constater qu'il n'y avait que des jeunes à vélo. Du coup, il nous a été difficile de comprendre l'intérêt d'une telle action si la population cible était absente. Ce qui semble à première vue contre-productif. A moins que l'objectif soit de sensibiliser la génération montante.

En tout cas, une chose est sûre, les voitures ne pouvaient en aucun cas circuler car la route était bloquée de part et d'autre par des policiers et des barrières. Or, cela aurait certainement eu plus d'impact de convaincre les automobilistes de ne pas prendre leurs voitures ce matin-là, au lieu de juste les contraindre à faire un détour. Pourtant, à la base, le sujet est hautement important. Comme le rappellent les organisateurs via la Map, cette journée a du sens. Surtout quand on parle d'un taux de pollution de l'air préoccupant. En effet, la concentration de particules PM10 dans la métropole est de l'ordre de 74 µg/m3, soit presque le double des valeurs limites européennes (40 µg/m3,). Toujours d'après les dires des organisateurs, cette pollution pourrait résulter sur : « des accidents vasculaires cérébraux, cardiopathies, cancer du poumon, affections respiratoires, chroniques ou aiguës, asthme, ce qui engendre un fort taux de morbidité lié à ces maladies, des sujets sensibles plus jeunes à ces maladies et la prévalence des maladies respiratoires chez les enfants de moins de 5 ans ».

Bref, vous l'aurez certainement compris, l'initiative journée sans voiture a du sens dans le fonds, mais a été mal orchestrée dans la forme. D'autant plus que lundi matin, plusieurs personnes se sont demandées si la journée avait vraiment eu lieu.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.