Congo-Kinshasa: Ituri - Le Gouverneur salue l'accompagnement de la MONUSCO et de ses partenaires dans la stabilisation de la province

communiqué de presse

- Le Gouverneur de l'Ituri, Jean Bamanisa Saidi, a salué la contribution des Nations Unies pour la stabilisation de la Province. C'était lors de la tenue, le 12 octobre dernier, du Comité Technique conjoint du Projet « PAMOJA KWA AMANI » (Ensemble pour la Paix en Swahili) qui regroupe le STAREC (Programme de Stabilisation et de Reconstruction des Zones sortant des conflits armés), ISSSS (Stratégie internationale de soutien à la sécurité et la stabilisation pour l'est de la RDC) et leurs partenaires de mise en œuvre.

A cette occasion, Jean Bamanisa Saidi s'est dit reconnaissant de l'apport des Nations Unies pour la restauration de la paix dans le Territoire de Djugu et la lutte contre la maladie à Virus Ebola dans les Territoires d'Irumu et de Mambasa. Le Chef de l'Exécutif provincial n'a pas caché sa satisfaction par rapport au travail et à la collaboration avec les Nations Unies en général et la MONUSCO en particulier en Ituri : « Nous remercions la MONUSCO engagée à partir de la Représentante spéciale en passant par le Secrétaire général... et l'équipe ici (à Bunia) qui soutient toutes nos actions en matière logistique pour la stabilisation ; et qui s'implique dans l'appui aux différents programmes de dialogue, de stabilisation et d'appui à notre armée... », déclaré en substance le gouverneur de l'Ituri.

De fait, les défis ne manquent pas en Ituri : une situation humanitaire préoccupante ayant poussé plus de 30,000 Congolais à se réfugier en Ouganda voisin ; l'insécurité perpétrée et entretenue par des groupes armés ; la maladie à virus Ebola - même si les derniers chiffres semblent pousser à l'optimisme, avec zéro cas positif signalé depuis le 7 octobre 2019 au Centre de traitement de Makayanga vers Komanda ou encore zéro cas enregistré à Bunia depuis 111 jours. Autant de défis qui requièrent le soutien des partenaires dont les Nations Unie.

Des résultats probants

Le Comité Technique conjoint du Projet Pamoja Kwa Amani a procédé le 12 octobre à une évaluation du projet à moins de trois mois de sa clôture qui interviendra le 31 décembre prochain. On retiendra que les résultats sont satisfaisants. Toutefois, davantage d'efforts sont requis en termes de communication pour mieux faire connaitre ce projet auprès des populations.

Jean-Marc Mazio, Coordonnateur provincial du STAREC en Ituri s'est réjoui des résultats obtenus : « Sur le plan sécuritaire, on note une amélioration significative caractérisée par la baisse des violations des droits humains ». Rien que pour l'année 2018, nous sommes passés de 62 incidents (exactions diverses, pillages, etc.) à 8 cas depuis le début de 2019. De même, « par rapport à la restauration de l'autorité de l'Etat, il y a eu aussi amélioration des services de l'Administration locale, suivie de la mise en place d'un Commissariat de la PNC( Police Nationale Congolaise) à Mitego », ajoute-t-il avant de conclure : « comme autre résultat positif, on peut encore citer le relèvement communautaire dans les secteurs de la pêche, de l'élevage et agricole : plus de 2500 bénéficiaires dont 30% de femmes ont été accompagnés pour leur autonomisation socio-économique ».

Lancé en 2017, le Projet PAMOJA KWA AMANI rentre dans le cadre du Plan de stabilisation et de reconstruction de la RDC (STAREC) et de la Stratégie internationale de soutien à la sécurité et la stabilisation pour l'est de la RDC (ISSSS). Il couvre 7 Entités décentralisées dans le Sud d'Irumu, dont Walendu-Bindi, Bahema-Sud... D'un montant de 6,5 millions $US, il vise la stabilisation de la zone fortement perturbée par l'insécurité, les conflits fonciers ou identitaires.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Monusco

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.