Cameroun: Prix du riz - Alerte à la spéculation

De nouveaux prix sont pratiqués en marge de ceux homologués par le ministère du Commerce dans la ville de Yaoundé.

Le kilogramme de riz le moins cher s'acquiert désormais à partir de 400 F dans les marchés de Yaoundé. Soit 50 F de plus que le prix homologué par le ministère du Commerce en mars 2019. Vendredi dernier au marché Melen, Judith Darbawa essaye de comprendre pourquoi les prix exposés sur les sacs de riz ne sont pas les mêmes que ceux pratiqués par ce commerçant chez qui elle vient d'acquérir 1 kg de riz.

« J'ai l'habitude d'acheter le kilogramme de riz à 350 F comme cela est mentionné sur l'étiquette. Or ce matin mon vendeur me fait savoir que le prix du riz a augmenté», explique la jeune dame. Le commerçant, visiblement las de donner des explications à ses clients, hésite, puis cède à l'insistance de la jeune dame. « Ce n'est pas de notre faute. Le sac de 25 Kg de Lion est passé de 9 500 F à 11 000 F.

Les fournisseurs nous font savoir que les coûts d'importation du produit ont augmenté, ce qui se répercute sur le prix du sac », affirme-t-il. L'augmentation concerne toutes les marques de riz vendues chez ce commerçant. «Le sac de Bijou de 50 Kg est passé de 16 500 F à 21 000 F depuis près de trois mois.

Mémé Cassé lui, est passé de 12 500 F le sac de 25 Kg à 13 500 F, poursuit le commerçant. Au marché Mvog-Mbi, la situation est identique. Si les commerçants affichent les prix tels qu'homologués par le ministère du Commerce, soit 350 F maximum pour le kilogramme des riz à 25 % de brisures et 450 F pour ceux à 5% de brisures tels que Bijou, à l'achat, ce prix augmente de 25 F voire 50 F.

Dans un supermarché au quartier Mvan, les prix restent inchangés. D'après le gestionnaire de rayon, des échos d'une hausse de prix du riz lui sont parvenus, mais pas question d'aller au-delà des prix homologués.

« Nous ne pouvons pas jouer avec les prix sous peine d'être interpellés. Si nos fournisseurs sont incapables de nous livrer à des prix raisonnables, nous préférons ne pas vendre », révèle Plong Georges, gestionnaire d'une autre alimentation. Au ministère du Commerce, on est pourtant ferme sur la question.

« Le prix du riz n'a pas augmenté », martèle Barbara Aline Elemva-Amana, chef de la brigade nationale des contrôles et de la répression des fraudes.

« Si dans les marchés les prix dépassent ceux homologués par le Mincommerce, alors il s'agit de commerçants véreux, car ni à l'importation, ni de manière officielle, le prix du riz n'a pas été revu à la hausse », poursuit-elle

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.