Cameroun: Inondations - Des quartiers touchés à Yaoundé

15 Octobre 2019

Depuis le retour des grosses pluies, certains habitants se réveillent régulièrement les pieds dans l'eau. C'était le cas le week-end dernier encore.

Les fortes pluies qui s'abattent sur Yaoundé ces dernières semaines remettent sous les projecteurs les problèmes d'inondation. Vendredi, samedi et dimanche derniers, les populations vivant dans certains quartiers de la ville ont vu leurs domiciles envahis par les eaux.

Faute de voie pour circuler, les eaux de pluies ont envahi de nombreux quartiers. Dans l'arrondissement de Yaoundé I er , les quartiers Bastos et Dragage ont subi le même sort.

Les traces de boues y sont encore visibles sur la chaussée jusqu'à ce jour. Du côté de Nlongkak,le lieu dit «Vallée» était méconnaissable, les dépôts d'ordures ménagères jonchent encore les abords de trottoir.

Epluchures de plantain, bouteilles en plastique charriées par les eaux de pluie d'un point à un autre font partie du décor. Un peu plus loin, à partir du Club Camtel jusqu'à la zone marécageuse de Mballa I, les toitures jouent le rôle de séchoir.

On y retrouve des matelas et autres accessoires de maison mouillés par les eaux qui doivent être séchés par le soleil.

«Nous sommes exposés aux inondations parce qu'étant dans une zone marécageuse, les voies de canalisation sont insuffisantes et celles qui existent sont obstruées par les déchets ménagers et industriels.

Le portail des camerounais de Belgique. En plus de cela, les routes ont été construites sans rigoles.

Ce qui fait que, lorsqu'il pleut, les eaux ruissellent comme elles peuvent sur la chaussée et se dirigent dans les maisons. Ce week-end, les inondations étaient plus fortes qu'avant », note Sylvestre G, habitant victime des intempéries.

Du côté de l'arrondissement de Yaoundé VII, les quartiers Nkolbisson et Oyom-Abang étaient les plus touchés. Au niveau de l'entrée de l'Université catholique d'Afrique centrale, une grosse marre d'eau n'a pas rendu facile le passage des piétons.

Conséquence, c'est à bord d'un porte-tout que les habitants de ce secteur y accédaient. « Depuis de longues années, le gouvernement appelle au respect du code de construction ainsi qu'à une amélioration de l'entretien des berges des cours d'eau et des systèmes de drainage de la ville mais personne ne respecte rien. En ce qui nous concerne, la société Hysacam ne vient pas régulièrement ramasser.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Camer.be

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.