Cameroun: Densification du fichier électoral - Pourquoi on n'y arrive pas

Alors que l'objectif était dix millions d'inscrits en 2019, Elections Cameroon a enregistré un peu plus de sept millions au mois de septembre dernier.

La dernière sortie du directeur général des Elections, Erik Essoussè, sur le sujet date du 18 septembre dernier. Face à la presse, il dressait le bilan des opérations de révision des listes électorales déroulées du 2 janvier au 31 août 2019.

A l'issue de celles-ci, le fichier électoral « non toiletté » affichait 7 116 314 inscrits. Bien loin des dix millions d'électeurs que visait Elections Cameroon (Elecam), lors du lancement de l'opération. Il y a donc eu un gap de près de trois millions d'inscrits.

Encore que le potentiel en termes de nombre de jeunes en âge de voter est bien plus important. Selon les données de l'Institut national de la statistique en effet, la population en âge de voter oscille entre13 millions et 14 millions.

En 2019, Elecam a pu enrôler 433 873 nouveaux inscrits (270 593 hommes et 162 280 femmes). L'organe en charge des elections a noté une forte adhésion des jeunes parmi ces nouveaux inscrits, notamment avec un taux d'inscription de 69,23% soit un total 300 375 jeunes.

Mais la densification du fichier électoral est une préoccupation constante. Surtout au regard du bouillonnement observé lors de la campagne présidentielle du 7 octobre 2018, et surtout des débats et de l'intérêt suscités par le contentieux électoral.

Une forte impression de regain d'attachement à la chose politique semblait se dégager. Mais les chiffres d'Elecam au terme de la révision des listes électorales 2019 indiquent que cette tendance n'a pas été confirmée.

Ou peut-être capitalisé. A qui la faute ? Si d'aucuns décrient un manque de « communication agressive », destinée au changement de comportements, d'autres dénoncent aussi la timide implication des formations politiques.

Ces dernières qui ne « concourent à l'expression du suffrage universel » que grâce aux électeurs régulièrement inscrits se plaignent davantage de l'absence des moyens suffisants pouvant les accompagner dans la sensibilisation.

A côté de ces acteurs (Elecam et partis politiques), les organisations de la société civile ont apporté leur contribution dans la sensibilisation.

Ceci à travers des campagnes en direction des jeunes des zones urbaines et rurales. Mais au regard des données du fichier électoral, il y a encore du chemin. Et chaque acteur devrait mettre la main à la pâte pour qu'un jour, la barre des dix millions soit franchie

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.