Congo-Kinshasa: Reprise des travaux du Centre Culturel et Artistique pour l'Afrique Centrale - Sylvestre Ilunga, Pius Muabilu et Guillaume Manjolo à la manœuvre !

*Aussitôt entré en fonction, le Ministre de l'Urbanisme et Habitat avait suspendu, à titre conservatoire, les travaux entamés pour la construction d'un centre culturel et artistique pour l'Afrique centrale ainsi que les Bâtiments de l'Institut National des Arts (INA), sur le site située entre le Boulevard Triomphal et les avenues Victoire et Saio dans la Commune de Kasa-Vubu, en face du Palais du Peuple.

Le but étant, pour le ministre d'Etat, de sécuriser ce prestigieux projet mais aussi d'approfondir ce dossier d'autant plus qu'un autre opérateur économique détient les documents qui lui donnent droit sur le même terrain depuis 2016.

Ce lundi 14 octobre 2019, le ministre de l'Urbanisme, Pius Muabilu et Guillaume Manjolo de la Coopération Internationale ont signé, sur instruction du Premier ministre Ilunga Ilunkamba, deux Arrêtés en faveur dudit Centre.

L'un portant report de l'Arrêté du 14 Octobre 2016, et l'autre portant désaffectation d'une portion de terre en faveur de la Coopération entre la République Populaire de Chine et la République Démocratique du Congo.

Trêve de bavardage donc sur cette affaire qui a suscité tant de réactions. Aux premières heures de ce lundi, le chef du Gouvernement a visité le site où seront érigés le grand Centre Culturel et Artistique de l'Afrique Centrale ainsi que les Bâtiments de l'INA. En gros, les travaux de construction sur ce site ici à Kinshasa reprennent sur instructions de Sylvestre Ilunga.

Un rapport complet avait été adressé au Premier Ministre qui a fait droit à la requête du Ministère de l'Urbanisme et Habitat en faveur de la Coopération sino-congolaise pour la construction dudit centre.

Aujourd'hui, "c'est ici l'occasion de dire à notre population que nous nous sommes engagés à œuvrer dans le respect des lois de la République", a laissé entendre Pius Muabilu.

C'est l'entreprise chinoise BEIJING URBAN CONSTRUCTION GROUP qui se charge de construire ce grand Centre pendant 30 mois. Le coût des travaux est évalué à 100 millions de dollars américains.

Ensuite, le Premier Ministre Ilunga Ilunkamba a lui même présidé à la Primature la cérémonie de signature de ces deux arrêtés ministériels pour la réalisation de ce don du gouvernement chinois à la RDC.

Il a été question de mettre fin d'abord à la superposition des arrêtés en abrogeant celui qui attribuait la même concession à la société Richesse Taylor.

A noter que le centre culturel et artistique, l'un des plus grands de l'Afrique centrale va constituer, selon le Ministre d'Etat à la coopération Guillaume Manjolo, une source innovante pour le trésor public et redonner à la RDC sa place de leader dans le monde de la culture africaine.

Contexte

Selon les explications du Ministre de l'Urbanisme, le rapport de ses services au lendemain de la remise- reprise a indiqué que la concession a été attribuée au profit de la Coopération entre la République Populaire de Chine et la République Démocratique du Congo aux termes d'un Arrêté ministériel du 15 août 2019.

Il était question d'y ériger le Centre Culturel et Artistique pour les Pays de l'Afrique Centrale et l'institut national des arts (INA).

"Et en même temps, la Société RICHESSE TAYLOR SARL prétend détenir le droit sur ce même terrain appelé à recevoir un projet de haut standing ultra-prioritaire pour le Pays à la faveur de l'arrêté ministériel N°CAB/MIN.ATUH/NB/2016 du 14 octobre 2016".

Face à cette insécurité juridique, précise le ministre de tutelle, c'est-à-dire, la superposition des arrêtés, la décision de suspendre les travaux valait sa peine pour clarifier le dossier.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.