Afrique du Sud: Nouveau report du procès de Jacob Zuma pour corruption

L'ancien président Jacob Zuma à la commission d'enquête Zondo, le 17 juillet 2019.

En Afrique du Sud, le procès pour corruption de Jacob Zuma qui devait s'ouvrir ce mardi a de nouveau été reporté. L'ancien président est soupçonné d'avoir touché des pots-de-vin de l'entreprise française Thales dans les années 1990.

Il s'agit d'un énième report de cette affaire qui remonte aux années 1990. Un dossier dans lequel l'ancien président sud-africain, qui ne dirigeait pas encore le pays à l'époque, est accusé d'avoir touché des pots-de-vin du groupe français Thales pour avoir facilité l'obtention d'un contrat d'armement.

Pour ces faits, il a une première fois été inculpé en 2005 pour corruption, blanchiment d'argent et racket. Depuis, il y a eu une multitude de rebondissements. Les charges ont été abandonnées et réinstaurées, par deux fois.

En début d'année, l'ancien président a de nouveau tenté de faire abandonner ces poursuites, s'estimant victime d'une chasse aux sorcières. Mais vendredi dernier, la justice a rejeté sa requête. Son procès devait donc s'ouvrir ce mardi matin.

Nouvel appel de la défense

Sans grande surprise, dès le début des audiences, ses avocats ont annoncé qu'il allait faire appel de la décision de justice de la semaine dernière. Multiplier les procédures, c'est finalement, la stratégie de défense de Jacob Zuma pour gagner du temps.

Sur le fond, ce dossier d'accusation semble relativement solide. D'ailleurs, son conseiller financier, qui faisait l'intermédiaire entre Thales et lui, a déjà été condamné dans cette même affaire. La société Thales est également poursuivie. Dans récent un communiqué, le groupe a annoncé qu'il examinait ses options.

L'examen du dernier recours de l'ancien devrait avoir lieu avant la fin de l'année 2019. Mais il ne fait aucun doute que la procédure peut encore trainer des années.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.