Madagascar: Le redressement difficile de la Jirama

Le chemin qui mène au redressement de la Jirama est long, mais la volonté de ceux qui s'en occupent est inébranlable. Il ne peut pas en être autrement si l'on veut avoir une société qui satisfasse les besoins des usagers et dont les comptes sont à l'équilibre. Le nouveau PCA l'a clairement laissé entendre lors de sa conférence de presse, samedi dernier. Les intentions avaient été affichées depuis longtemps, mais elles ont été cette fois-ci réaffirmées avec fermeté et clarté.

La Jirama arrive péniblement à satisfaire les besoins des consommateurs. Les critiques sont acerbes et les responsables de la société d'Etat les acceptent. Ils héritent de plusieurs années de gabegie et d'imprévoyance et la décision prise par les plus hautes autorités de l'Etat de mettre un terme à sa lente descente aux enfers a été acceptée. Le diagnostic a été fait et le plan de redressement a été élaboré. Mais son application va mettre du temps. La volonté affichée du président de la République de parvenir à un assainissement complet de la gestion de la Jirama est irrévocable. Cela passe par la révision des contrats d'approvisionnement avec les fournisseurs d'énergie. La justification de cette décision a été faite, preuves à l'appui, par le PCA de la société d'Etat, samedi dernier.

Les négociations sont toujours en cours, mais elles risquent d'être rompues car l'Etat n'a pas l'intention de faire marche arrière. Il est question d'une importation directe du carburant nécessaire au fonctionnement des centrales et de diminuer ainsi les coûts de production. La Jirama, vit des moments difficiles car elle doit gérer un réseau hydroélectrique vétuste. Elle doit faire face aux récriminations des usagers victimes de coupures d'eau. Cela durera encore un certain temps car il n'est pas facile de remettre en état de marche des infrastructures hors d'état de fonctionner.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.