Ile Maurice: Demande de divorce - Peroomal Veeren ne se rend pas en cour pour étudier les maths

Il devait se présenter devant le juge Iqbal Maghooa de la Family Division Court dans le cadre de sa demande divorce, vendredi 11 octobre. Sauf qu'il a demandé, par le biais de ses hommes de loi, Me Pazhany Rangasamy et Alwin Juwaheer, un renvoi. Requête accédée par le juge. Mais quelle est donc la raison pour laquelle le caïd Peroomal Veeren ne peut pas donner priorité à son procès ? Ses hommes de loi ont indiqué qu'il veut apprendre les maths.

Peroomal Veeren qui a écopé d'une peine d'emprisonnement de 34 ans pour trafic de drogue, a fait valoir qu'il doit participer aux examens de GSE A Level en mathématique. Ce qui lui permettrait peut-être d'entamer des études universitaires, qui sait ? De ce fait, le procès de sa demande de divorce sera pris sur le fond en novembre.

Pour rappel, le condamné estime que son épouse, Zafiirah Khalidah Been Veeren, a commis une faute. Car elle a rompu toute relation avec lui sans lui fournir d'explications valables. «J'ai fait plusieurs requêtes pour lui demander de venir me voir, mais elle a toujours refusé» soutient le condamné, qui est détenu à la prison de Melrose. «Mon mariage a été irrémédiablement brisé et c'est la faute de ma femme. Je demande à la cour de m'accorder le divorce» poursuit-il, précisant au passage qu'il n'y a aucun espoir de réconciliation.

Peroomal Veeren et Zafiirah Khalidah Been Veeren se sont dit oui le 6 mai 2009. Il était alors en liberté conditionnelle, car il avait été arrêté le 3 juin 2003 par la brigade anti-drogue. Une accusation d'attempt to possess dangerous drugs for the purpose of distribution avait été retenue contre lui.

Moins d'un an après le mariage, soit le 5 avril 2010, Peroomal Veeren est condamné pour trafic de drogue. Il a écopé d'une peine de 34 ans de prison. Il a fait appel de la décision de la cour, en vain.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.