Guinée: Au moins un mort pendant la mobilisation contre un 3e mandat d'Alpha Condé

15 Octobre 2019

Une personne a été tuée, lundi 14 octobre, à Conakry, en Guinée, dans les heurts survenus dans plusieurs quartiers entre les forces de sécurité massivement déployées et des milliers d'opposants à un troisième mandat de l'actuel président Alpha Condé.

La quasi-totalité des zones périphériques de la capitale a été la proie d'affrontements entre petits groupes éclatés dressant des barricades, incendiant des pneus, lançant des pierres, et policiers et gendarmes répliquant par des tirs de gaz lacrymogène et de grenades assourdissantes, mais aussi à balle réelle, a rapporté un correspondant de l'Agence France-Presse (AFP).

Le centre, siège de la présidence, des ministères et des ambassades, placé sous protection, présentait un air de ville fantôme avec ses magasins fermés.

Protestations et répressions violentes.

Dès les premières heures de cette journée à hauts risques dans un pays coutumier des protestations et des répressions violentes, des centaines de gendarmes et policiers se sont employés à éteindre le moindre foyer de contestation.

« Il faut les empêcher de se rassembler, aucun attroupement n'est autorisé », criait sur un ton menaçant un des officiers dirigeant l'opération. Les troubles ont néanmoins agité les faubourgs.

Un adolescent de 16 ans a été tué et quatre personnes gravement blessées par des tirs des forces de l'ordre dans le quartier de Sonfonia Gare, a rapporté à l'AFP le docteur Bella Diallo qui les a fait évacuer. Aucune confirmation du décès n'a été obtenue de la police.

Deux autres jeunes ont été blessés par balle dans un autre quartier, Wanindara, ont fait savoir deux journalistes et un médecin s'exprimant sous couvert d'anonymat pour leur sécurité. Lire la suite

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.