Sénégal: Niarry Tally au rythme du "Safar" en attendant le grand magal

Dakar — Niarry Tally, à l'image d'autres quartiers de Dakar, vit pleinement l'esprit du magal à trois jours de la célébration à Touba (centre) de cette manifestation religieuse annuelle, a constaté un reporter de l'APS.

Le magal, manifestation religieuse commémorant le départ en exil du fondateur du mouridisme - une confrérie musulmane sénégalaise -, est devenu un moment spécialement recommandé pour la multiplication d'actes de bienfaisance, dont les "berndés" (repas copieux).

Aussi gratifier les nécessiteux de repas copieux a-t-il fini par se confondre ces dernières années à Dakar avec les préparatifs du grand magal.

Niarry Tally, un quartier populaire de la capitale, n'échappe pas à cette pratique connue également sous le nom de "Safar", deuxième mois lunaire du calendrier musulman durant lequel le Cheikh avait été envoyé en exil au Gabon en 1895, du temps de la colonisation française.

Dans ce quartier, le "berndé" est à l'initiative principalement de l'association des chauffeurs de taxi, regroupant des disciples mourides. Ici, le spectacle s'offrant aux yeux du visiteur suffit pour comprendre.

D'un côté des plats et autres ustensiles, d'un autre, une tente érigée et sous laquelle des personnes récitant des incantations tirés des écrits de Serigne Touba se sont installées.

"Nous sommes-là depuis 6 heures le matin. Nous avons servi le petit déjeuner et le déjeuner aux passants et autres riverains. Il ne reste qu'à préparer le diner pour procéder de la même manière", a confié à l'APS, Baïdy Dieng.

Il est le président de l'association religieuse des chauffeurs de taxi de Niary Tally, laquelle finance sur fonds propres la préparation des mets, depuis trois ans.

"Nous n'avons jamais envoyé à quiconque une lettre de soutien. Notre guide, Serigne Touba est à l'honneur durant ce mois. Aucun sacrifice n'est de trop pour lui rendre hommage", a-t-il expliqué.

Il a fait savoir que beaucoup d'argent a été mobilisé pour cette activité à travers l'achat de moutons, bœufs, poulets, riz, huile et autres condiments nécessaires à la préparation des mets.

Le "diawrigne" (guide de l'association) salue le dévouement des populations du quartier, particulièrement des femmes et des jeunes qui aident à la préparation des repas, à l'accueil des visiteurs et à la distribution des plats, de l'eau et du café.

Autre lieu de ce quartier de la capitale, même décor. Ici le Safar est sous la direction d'une association religieuse dénommée "La joie des daaras", un mouvement de jeunes disciples du mouridisme.

"Nous organisons le Safar comme le font naturellement d'autres disciples dans d'autres localités. La journée est marquée essentiellement par des dons de repas et des séances de lecture des écrits de Serigne Touba", a confié Balla Ndiaye, le leader de l'association.

"Le véritable prétexte du Safar est de rappeler aux disciples et aux fidèles que le grand magal approche", a rappelé Ndiaye.

Pour ce faire, l'association qu'il dirige, à l'image d'autres structures similaires, organise ses membres en petits groupes chargés chacun de prendre en charge un aspect lié à l'organisation.

"Nous sommes des talibés et devons rendre hommage à Serigne Touba. Nous ne devons pas rechigner. C'est la raison pour laquelle nous nous sommes fixé des obligations à respecter à chaque édition du grand magal", a-t-il insisté.

Pour s'en convaincre, Balla Ndiaye cite des écrits du fondateur de la confrérie mouride : "Quiconque considère ma joie comme la tienne, doit le prouver durant le Safar en m'aidant à rendre grâce à Dieu".

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.