Guinée: Un mort dans les manifestations

14 Octobre 2019

L'opposition proteste contre le projet de réforme de la Constitution malgré les interdictions de manifester. Un adolescent a été tué à Conakry.

En Guinée, la manifestation de l'opposition, qui proteste contre le projet de réforme de la Constitution, a été interdite à Conakry, où les principaux leaders de l'opposition ont été assignés à résidence ce lundi 14 octobre.

Malgré tout, dans la banlieue de Conakry, des petits groupes ont dressé des barricades et affronté les forces de l'ordre qui ont répliqué avec des tirs de grenades lacrymogène et même à balles réelles. Un adolescent a d'ailleurs été tué à Conakry et plusieurs jeunes manifestants ont été arrêtés. Des manifestations ont aussi eu lieu dans le reste du pays.

Circulation perturbée à Conakry

À Conakry, les forces de sécurité ont fait face aux jeunes manifestants qui ont barré plusieurs axes routiers de Conakry. Sur l'axe Hamdallaye-Bembeto-Kagbelen, la circulation est restée paralysée presque toute la journée. Les forces de l'ordre ont empêché tout regroupement des manifestants et les tirs de grenades lacrymogènes ont été entendus dans plusieurs quartiers. Les jeunes manifestants ont saccagé deux points de contrôles de l'armée entre Hamdallaye et Bembeto.

Figures de l'opposition retenus à domicile

Les principaux leaders politiques, notamment Cellou Dalein Diallo et Sidia Touré, ont été forcés par la police de rester à leur domicile.

Commerces et administrations fermées à N'zérékoré

A l'intérieur du pays, les commerces et administrations sont restées fermées, comme à N'zérékoré, au sud de la Guinée. "Ici il n'y a pas eu de problèmes, et j'éspère, en tant qu'enseignant, que cela va s'arrêter, car les enfants doivent suivre les cours", confie Mori Camara, enseignant.

La situation était beaucoup plus tendue à Labé, où les manifestants ont envahi les rues en criant des slogans. "Le président en fait ce qu'on veut, on veut qu'il parte, même si c'est une femme qui prend sa place", lance Mamadou Billo Diallo, jeune membre du bureau local FDNC.

Plusieurs personnes ont été arrêtées par les forces de l'ordre dont le chanteur Eli Kamano. Le coordonnateur du FDNC et ses collègues étaient, lundi soir, entendus au tribunal de Dixinn, selon leurs avocats.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Deutsche Welle

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.