Cameroun: Extrême-Nord - La haute saison des inondations

L'action de l'homme et la qualité du sous-sol comme facteurs de ces désagréments.

Chaque année, les pluies diluviennes font l'objet de soucis dans la région de l'Extrême-Nord, et pour cause, ces pluies pourtant bienfaitrices sont objets de cauchemar pour de nombreux riverains. On se rappelle encore en fin août dernier, le ministre de l'Habitat et du développement urbain, Célestine Ketcha Courtès est venue pratiquement en catastrophe dans la région. Elle était envoyée d'urgence par les hautes autorités étatiques pour venir voir de près la situation de deux ouvrages de franchissement qui venaient de s'affaisser après des inondations, à savoir le pont "Mizao" à Maroua, et le pont de Tokombéré.

Si pour le pont de Tokombéré, l'ouvrage était déjà écrasé par le poids de l'âge, tel n'était pas le cas pour le pont "Mizao" où un doigt accusateur a été pointé sur la qualité approximative des matériaux utilisés pour sa construction. C'est monnaie courante de voir rapidement se dégrader des ouvrages de franchissement à peine réceptionnés, ce qui cause ainsi des inondations chez les riverains. Toujours dans le registre de l'action de l'homme, il y a l'incivisme des populations. Bon nombre de ménages confondent les poubelles aux rigoles, obstruant ainsi les voies de ruissellement des eaux.

L'autre facteur des inondations dans la région de l'Extrême-Nord est tout naturel; le sol est argileux et ne facilite pas la bonne pénétration des eaux en profondeur, ce qui fait que très rapidement les eaux des pluies remontent en surface, causant le remue-ménage dans les concessions. En conséquence, les espaces vitaux sont inondés à moindre pluie, les pâturages aussi. Cette situation n'est pas spécifique à certains départements, ni à certaines agglomérations, même les grandes villes en souffrent, ceci d'autant plus que dans bon nombre de localités, l'aménagement de la voirie municipale ne semble pas être une préoccupation majeure des autorités locales. On se rappelle encore dans la nuit du 18 au 19 août dernier, les inondations ont causé la mort d'un enfant de trois ans à Gobo.

Actuellement, dans la zone de Wina, au lieu dit Mouchpoutna, la seule route qui permet de joindre le reste du pays est bloquée, tout comme celle qui mène à Yagoua, chef-lieu du département du Mayo-Danay. Les déplacements des populations dans plusieurs localités de ce département sont rendues difficiles et même inaccessibles. Dans les arrondissements de Tchatibali et de Datchéka, plusieurs cultures sont sous les eaux. Une occasion propice aux moto-taximen qui se frottent les mains. Dans l'arrondissement de Vélé, un défaut de conception d'un canal d'irrigation dans la zone rizicole a bloqué les eaux de ruissellement, l'une des bordures étant conçue sous forme de petites digues. Les populations ont été surprises par la montée brusque des eaux dans la nuit du 12 au 13 août.

Conséquence, plusieurs ménages ayant perdu leur concession ont été déplacés et recasés grâce aux tentes fournies aux communes dans la zone du Projet d'urgence des luttes contre les inondations (Pulci). C'est dire combien les inondations restent une préoccupation dans la région de l'Extrême-Nord.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.