Cameroun: Crise anglophone - Les meurtriers de Florence Ayafor mis aux arrêts par les séparatistes ?

15 Octobre 2019

Quelques jours après, la tragique mort à Pinyin dans la région du nord-ouest Cameroun de Florence Ayafor (voir photo), son assassinat continue à susciter l'émoi au sein de toute la communauté camerounaise et internationale.

Alors que les questions autours des auteurs de cet acte ignoble affluent,03 suspects du meurtre de cette gardienne de prison en service à Bamenda seraient aux arrêts.

L'information a été relayée hier soir sur les réseaux sociaux.

Selon un communiqué publié le même jour sur les réseaux sociaux et signé d'Amabo Cecilia Binwi porte-parole de l'Ambazonia Governement Council (AGC), son institution tient à se désolidariser de ce crime.

Toujours dans ce communiqué, l'AGC entend "continuer avec les enquêtes pour faire toute la vérité sur cette affaire."

Les trois suspects de l'assassinat de Florence Ayafor étant aux arrêts, aucune information ne filtre sur leur lieu de détention. Tout ce que l'on sait jusqu'ici c'est qu'ils se trouvent entre les mains des enquêteurs des groupes séparatistes.

Toutefois, ces allégations ne font pas l'unanimité dans l'opinion publique.Plusieurs internautes affirment qu'il s'agit d'une stratégie mise en place par les séparatistes pour se dédouaner d'un acte odieux afin de montrer aux yeux du monde qu'ils ne sont ni des auteurs, ni des complices de ce meurtre

Pour mémoire, Ayafor Florence,gardienne de prison en service à Bamenda, a été kidnappée le lundi 30 septembre 2019, de retour d'une cérémonie funéraire à Pinyin, son village natal, dans l'arrondissement de Santa.

Ayafor Florence a été tuée par de présumés miliciens sécessionnistes anglophones, avant d'être dépecée, et ses restes, répandus dans tout le village.

La garde pénitentiaire , Ayafor Florence, était un produit de la promotion 2004, de l'Ecole nationale de l'administration pénitentiaire de Buea (région du Sud-Ouest).

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Camer.be

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.