Guinée: Quand réforme de la constitution rime avec violence

15 Octobre 2019

Dans plusieurs pays en Afrique francophone notamment, la question d'un nouveau mandat du président sur fond de réformes constitutionnelles pose problème.

En Guinée un collectif engagé contre l'ambition prêtée au président Alpha Condé de briguer un troisième mandat a appelé à des manifestations. Ceci alors que le président Alpha Condé n'a pas exprimé explicitement son intention de postuler à sa succession. "Le moment venu", selon la présidence, il fera connaître dans un discours solennel les conséquences qu'il tire de consultations sur la Constitution qu'il a confiées en septembre au gouvernement. Pour l'opposition ces consultations constituent une "mascarade".

Outre la Guinée plusieurs autres pays ont été confrontés à un scénario similaire. Les réformes des constitutions sur le continent sont motivées par une volonté de se maintenir au pouvoir et se soldent souvent par des affrontements violents. Une situation que déplore Dany Ayida. Il est expert en gouvernance au sein de l'ONG américaine National democratic institute.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Deutsche Welle

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.