Nigeria: Un tableau de l'artiste nigérian Enwonwu vendu à plus d'un million d'euros

Un tableau nigérian a été vendu à plus d'un million d'euros, sept fois plus cher que son estimation. Cette peinture est l'œuvre de Ben Enwonwu. Le tableau s'appelle Christine et est resté 50 ans dans la famille du modèle sans jamais avoir été estimé.

A Londres, ce mardi, une vente aux enchères impressionnante. C'est grâce à quelques clics que la famille de Christine a gagné le jackpot. Christine, c'est le modèle du tableau de l'artiste nigérian Ben Enwonwu. Il a peint la jeune femme vêtue d'une robe jaune et d'un chapeau assorti, à Lagos en 1971. 48 ans plus tard, la famille du modèle, après une simple recherche sur internet découvre sa valeur.

Sur google, les parents de Christine recherchent des informations sur la signature du tableau une recherche qui les conduit à une plateforme anglaise d'estimation en ligne.

Au total, le tableau est resté 5 décennies sans jamais avoir été montré. Il a été, ce mardi vendu aux enchères à Londres, 1 millions 300 000 euros. Légèrement moins que le tableau le plus célèbre de l'artiste nigérian. Ben Enwonwu a peint la princesse Tutu, surnommée la Mona Lisa Africaine. Le peintre et sculpteur, décédé en 1994, est considéré comme le père du modernisme nigérian.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.