Congo-Kinshasa: Via Nova !

L'Union pour la Démocratie et le Progrès Social « UDPS » n'est plus dans l'opposition. Il est un parti au pouvoir actuellement en RDC. Ce statut devait nécessairement obliger ses combattantes et combattants à adopter une "Via Nova", c'est-à-dire, Nouvelle Route ou voie « en Français », dans leurs réactions et façon de vivre, conformément à la vision de leur guide, l'actuel Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, qui avait promis, lors son investiture, le 24 janvier 2019, de faire de la RDC durant son quinquennat, un Etat de droit où il y aura la libre expression de toutes les tendances politiques, la lutte contre l'injustice et l'impunité.

Se mettant dans la même vision que le Président de la République, le Comité Laïc de Coordination (CLC) va battre le macadam à travers la ville de Kinshasa le samedi 19 octobre prochain pour dire "Non" à toutes les formes de corruption, à l'impuissance de la justice et aussi dénoncer le "détournement de 15 millions USD" qui, selon lui, se seraient volatilisés du Trésor public. Une marche qui n'a rien de contre le Président de la République, soutenue par Lamuka et qui, en principe, devrait être vue d'un bon œil par l'UDPS. La réussite de cette marche, selon quelques observateurs, octroierait de la crédibilité au pouvoir de Félix Tshisekedi et un vrai changement comme souhaité par les adeptes de la 11ème rue/ Limete.

Après une longue période de combat, de patience, de souffrance et de lutte pour conquérir le pouvoir dans l'opposition, c'était un grand jour pour ce grand parti cher au feu Etienne Tshisekedi Wa Mulumba, UPDS, de vivre la proclamation par l'organe technique des élections, la Commission Electorale Nationale Indépendante, (CENI), de la victoire d'un digne fils maison et combattant UDPS en la personne de Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, aux scrutins de décembre 2018, devant l'autre opposant de la plateforme Lamuka, Martin Fayulu et le dauphin de l'ex Président Joseph Kabila, Emmanuel Ramazani Shadary.

Au-delà de toutes les attentes, la victoire à ces élections est partagée entre deux camps. D'un côté, la majorité présidentielle autour de Fatshi à la présidence de la République, de l'autre côté, le Front Commun pour le Congo a remporté la majorité parlementaire avec plus de 350 députés à l'Assemblée Nationale, et au sénat, plus de 90 sénateurs sur 120, sans compter les Assemblées provinciales et les gouvernements provinciaux dirigés presque tous par la plateforme de Joseph Kabila.

Devant cette évidence, les deux plateformes notamment, CACH et FCC se sont mises d'accord, d'une manière consensuelle pour former une coalition pour mieux diriger ensemble le pays, afin d'éviter la triste expérience des années Lumumba- Kasa-Vubu.

Cet état des choses est comme une pilule amère dans la bouche de certains combattants Pro-UDPS. Or, ce mariage n'est pas Ad vitam (pour la vie) mais pour une durée de 5 ans. Et, durant ce temps, si cette "Base" ne s'accorde pas pour regarder dans la même direction que le chef, elle l'expose dangereusement à la sanction négative du peuple à la prochaine présidentielle prévue en 2023.

A bon entendeur salut.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.