Congo-Kinshasa: [Journée mondiale de l'alimentation] FAO-RDC - Focus sur la production d'aliments sûrs et nutritifs accessibles à tous

Le monde célèbre, le 16 octobre de chaque année, la Journée mondiale de l'alimentation. Cette date commémore la création, en 1945, de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO). «Agir pour l'avenir. Une alimentation saine pour un monde FAIM ZERO», est le thème retenu pour cette année 2019.

Le Ministre de l'Agriculture, M. Joseph Antoine Kasonga et le Représentant de la FAO en République Démocratique du Congo, M. Aristide Ongone Obam, se sont exprimés à cette occasion, avec un accent particulier mis sur la sécurité alimentaire et la réduction de la pauvreté. Pour la FAO, la nutrition est signe de santé, de productivité et de bien-être général des personnes et prospérité des sociétés. "Prenons l'engagement d'améliorer la nutrition pour une vie plus saine et plus heureuse", déclare Ongone Obam.

Atteindre l'objectif Faim Zéro, ce n'est pas juste donner à manger aux affamés, c'est aussi nourrir les personnes et prendre soin de la planète. Cette année, la Journée mondiale de l'alimentation lance un appel à l'action à tous les secteurs afin que tous puissent bénéficier d'une nourriture saine et durable. En même temps, elle invite chacun à commencer à s'interroger sur ce qu'il mange.

Le Ministre de l'Agriculture insiste sur le fait que la célébration de cette journée vise à interpeller les gouvernants et les acteurs socio-économiques à se mobiliser et conjuguer les efforts pour garantir la sécurité alimentaire et à veiller sur la valeur qualitative des aliments et leur accessibilité.

M. Joseph Antoine Kasonga, Ministre de l'Agriculture

Selon le rapport de la campagne agricole 2017-2018, souligne Joseph Antoine Kasonga, le bilan alimentaire national indique un solde négatif de 6,9 millions de tonnes soit, un déficit net de -22%. Aussi, la disponibilité apparente des produits alimentaires de base est de 243 kilogrammes par habitant par an. Un bilan qui renseigne particulièrement sur l'insécurité alimentaire qui est davantage un problème d'accès que de disponibilité, mais également sur la qualité de la nourriture disponible.

"C'est pourquoi, la création de partenariats est capitale", martèle le représentant de la FAO en RDC.

Faire de l'alimentation saine une réalité pour tous

Et donc, agriculteurs, gouvernements, chercheurs, secteur privé et consommateurs ont tous un rôle à jouer. "Les agriculteurs ont besoin d'incitations meilleures pour accroître et diversifier la production de nourriture de qualité. Les Gouvernements doivent adopter des politiques, des normes et des règlements alimentaires pour la production d'aliments sûrs et nutritifs accessibles à tous. Les institutions de recherche doivent dispenser les meilleurs avis scientifiques et pousser les frontières de la connaissance et de la technologie. Le secteur privé peut influencer positivement le secteur agroalimentaire en adaptant ses produits aux recommandations nutritionnelles modernes. Les individus doivent aussi réfléchir à leurs choix et à leurs habitudes alimentaires grâce à la sensibilisation et à l'apprentissage", a suggéré Aristide Ongone.

Toutefois, la FAO soutient tous ses Etats membres pour qu'une alimentation saine soit une réalité pour tous. En tant qu'organisation de savoirs, la FAO renforce les capacités des pays à évaluer et suivre leur situation nutritionnelle, appuie le transfert de connaissances et fournit des normes alimentaires.

La priorité absolue de la FAO reste bien entendu l'éradication de la faim dans le monde, "mais nous devons aussi nous attaquer à toutes les formes de malnutrition", souligne son représentant pays.

Bâtir une organisation dynamique

La Journée mondiale de l'alimentation marque également l'anniversaire de la FAO. M. Aristide Ongone Obam a souligné, au nom de cette organisation, leur engagement à bâtir une organisation dynamique pour un monde meilleur.

"Nous souhaitons, par ailleurs, accroître la production et la consommation d'aliments de bonne qualité grâce à des investissements ciblés dans l'agriculture, les cadres réglementaires, la technologie et l'innovation", dit-il. Cependant, la transformation des systèmes alimentaires requiert une forte volonté politique de synergie collective et de vision holistique de l'agriculture et des filières alimentaires.

Forte volonté politique

Il s'agit là de certains des principaux objectifs de l'Initiative "Main- dans-la-main" que la FAO est sur le point de lancer au niveau global pour des partenariats et des Jumelages entre les secteurs public, privé et les ONG.

Le Ministre national de l'Agriculture, conscient du fait que d'immenses progrès ont été accomplis dans la lutte contre la faim dans le monde ces dernières décennies, reconnaît tout de même que la RDC connaît une situation alimentaire et nutritionnelle extrêmement préoccupante. C'est ainsi que le Ministère de l'Agriculture a élaboré un plan de relance du secteur agricole qui sera incessamment mis en exécution, annonce Joseph Antoine Kasonga. "Ce plan repose essentiellement sur la subvention des intrants agricoles améliorés et l'encadrement des ménages agricoles et une agriculture respectueuse des normes environnementales", a-t-il expliqué.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.