Burkina Faso: Rhumatismes /Dr Zabsonré/Tiendrebéogo Joëlle - «On n'en guérit pas, mais on peut avoir une qualité de vie normale »

Le 12 octobre est célébrée la Journée mondiale de rhumatologie. La société de rhumatologie du Burkina a, à cette occasion, organisé une conférence le jour J suivie d'une campagne de sensibilisation et de consultation (du 14 au 16 octobre) au profit des retraités et des autres personnes âgées.

En marge de ces activités, Carnet de santé a rencontré le Dr Zabsonré/Tiendrebéogo Joëlle, rhumatologue au Centre hospitalier universitaire de Bogodogo, qui nous parle des rhumatismes, maladies des articulations et des os qui touchent aussi bien les séniors que les jeunes et peuvent être handicapantes.

Caractérisés par des douleurs dans les articulations, des gonflements, des difficultés à se mouvoir (raideur), les rhumatismes, selon le Dr Zabsonré, sont une maladie des articulations et des os. Il y a plusieurs grands groupes de rhumatismes qui sont les arthroses, les arthrites et les infections.

Dans l'imaginaire populaire, les rhumatismes ne touchent que les personnes du 3e âge. Mais à en croire la spécialiste, cela n'est pas vrai. « Ce n'est pas qu'une maladie de vieilles personnes, car même les jeunes sont concernés.

Il y a des rhumatismes, par exemple, liés à des dérèglements de l'immunité, qui atteignent plus les jeunes. L'âge intervient surtout dans la survenue des arthroses », a-t-elle souligné.

L'arthrose du genou, ou gonarthrose, est en effet une usure, puis une destruction du cartilage articulaire dans diverses zones de l'articulation du genou.

Elle représente le 2e motif de consultation en rhumatologie et se traduit par des douleurs et des gonflements des genoux. «Le principal facteur de cela dans notre contexte est l'obésité», a indiqué la rhumatologue.

S'agissant des douleurs aux articulations, les causes les plus fréquentes sont les dérèglements de l'immunité, appelés rhumatismes inflammatoires chroniques : il s'agit de maladies comme la polyarthrite rhumatoïde, le lupus...

En plus de cela, il y a les facteurs hormonaux. « Les femmes sont plus exposées à avoir certains rhumatismes », a-t-elle relevé.

L'environnement également joue beaucoup dans la survenue de certains rhumatismes : «Il y a par exemple l'exposition aux infections, à la pollution, au tabac », a expliqué le docteur Zabsonré. Cependant, toujours à l'en croire, pour la plupart des rhumatismes il n'y a pas de causes identifiées.

La douleur survient surtout la nuit dans certains rhumatismes comme dans le cas de la polyarthrite rhumatoïde. Le malade ne dort pratiquement pas, il y a un gonflement des articulations. Dans ce cas il doit vite consulter, car il risque d'avoir des déformations après.

Les déformations, selon le Dr Zabsonré, sont en effet une complication des rhumatismes. D'autres complications peuvent être une inflammation dans le sang, pourtant l'inflammation est cause de certaines maladies cardiovasculaires.

Les rhumatismes peuvent même entraîner un handicap à tel point que même saisir un bic pour écrire est parfois impossible. Il y a en plus les raideurs matinales.

Fort heureusement, il y a des traitements qui permettent de stabiliser, d'éviter que la maladie progresse et arrive au stade de complication. Ces traitements permettent de restaurer une qualité de vie normale à condition qu'on s'y prenne tôt, a rassuré la rhumatologue.

En guérit-on ? «On peut en guérir totalement, mais pas définitivement. Pour certaines causes, on peut ne plus avoir mal mais on n'est pas définitivement guéri », a dit clairement le médecin avant d'ajouter qu'il faut consulter régulièrement pour avoir un suivi régulier et, en cas d'obésité, travailler à alléger le poids.

Encadré

L'arthrose lombaire, appelée lombarthrose, est aussi fréquente. C'est une usure chronique entre les vertèbres lombaires qui provoque des symptômes douloureux dans le bas du dos et pouvant aller jusqu'au handicap dans la vie quotidienne.

L'arthrose lombaire est relativement fréquente, car cette partie du corps (le bas du dos) est très sollicitée et supporte une grande partie du poids du corps. Elle peut l'être au cours de différents sports (haltérophilie, musculation, etc.), mais également au quotidien lors de certaines tâches ménagères.

A cet effet, a prescrit le Dr Zabsonré, il faut avoir une bonne hygiène du dos, en évitant certaines postures comme debout longtemps, assis longtemps, se pencher ou soulever des charges lourdes. Ne pas dormir sur un matelas mou. S'asseoir sur une chaise avec dossier pour que le dos puisse se reposer.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Observateur Paalga

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.