Gabon: Téléphonie mobile - Le Congo et le Gabon concrétisent le service roaming

L'Agence de régulation des postes et des communications électroniques du Congo (Arpce) et l'Autorité de régulation des communications électroniques et des postes du Gabon (Arcep) ont conclu, mardi à Brazzaville, un protocole d'accord matérialisant la mise en œuvre du « free roaming », un service qui va faciliter la mobilité des personnes entre les deux pays à travers la téléphonie mobile.

Paraphé par Yves Castanou et Lin Mombo, respectivement directeur général de l'Arpce et président du conseil de régulation de l'Arcep, l'accord rend effectif le service du « free roaming » entre le Congo et le Gabon au plus tard le 31 décembre 2019.

Le « free roaming » est un service proposé aux abonnés d'un réseau mobile, qui leur permet d'utiliser leurs numéros de téléphone, pour émettre ou recevoir des appels, d'accéder à internet (roaming data) à des tarifs préférentiels lors de voyages dans les pays étrangers et dans les zones peu couvertes.

« Un abonné d'un réseau de téléphonie mobile en déplacement au Congo ou au Gabon pourrait appeler ou être appelé et échanger des données avec son téléphone sans que cela puisse modifier son plan tarifaire », a précisé Yves Castanou.

Dans le cadre du protocole entre les deux pays, l'accord prévoit « la gratuité de la réception des appels pour les usagers en roaming dans la limite des trois cents premières minutes par abonné et dans la limite d'un mois ». Il augure, entre autres, une « facturation des appels des abonnés en roaming au tarif local dans le réseau du pays visité, dans la limite d'un mois ; ainsi qu'une facturation de tous les appels vers les deux pays des parties au tarif local le plus élevé, dans la limite d'un mois ».

Pour garantir une meilleure faisabilité de l'accord et assurer sa pleine mise en oeuvre, les deux pays ont convenu de mettre en place, dans chacun d'eux, un comité national technique piloté par l'autorité nationale de régulation et comprenant l'ensemble des opérateurs. Ils ont ainsi résolu de la mise en œuvre de procédures d'échange d'informations tarifaires et techniques entre les autorités nationales de régulation.

Le protocole d'accord signé entre les deux régulateurs, précise le document, est la manifestation de la volonté d'intégration des pays de l'Union africaine autour d'un marché commun dans le domaine des télécommunications et des TIC, concrétisée par le manifeste Smart Africa adopté le 29 octobre 2013, en marge du sommet Transform Africa, tenu à Kigali, au Rwanda.

« Notre initiative s'intègre parfaitement aux actes additionnels de la Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale et à l'engagement des chefs d'Etat à renforcer la cohabitation et la promotion d'un marché commun en adéquation avec la vision de la Cémac», a indiqué le directeur général de l'Arpce, Yves Castanou. Pour Lin Mombo, le présent accord s'inscrit dans le processus d'accélération de l'intégration de la sous-région à partir des infrastructures numériques.

Lors de la conférence des régulateurs des télécommunications de l'Afrique centrale réunie à Malabo, les 6 et 7 août 2018, une feuille de route pour la mise en place du roaming à moindre coût dans la sous-région avait été adoptée.

L'accord entre le Congo et le Gabon s'inscrit, par ailleurs, dans cette optique, en même temps qu'il cadre avec la quatrième session ordinaire de l'Association des régulateurs des télécommunications de l'Afrique centrale, tenue à Douala, au Cameroun, les 4 et 5 avril derniers, au cours de laquelle les autorités nationales de régulation ont adopté la résolution, portant adoption de la directive relative à l'itinérance mobile internationale au sein des pays de la sous-région.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.