Congo-Brazzaville: Accord Congo-FMI - L'Assemblée nationale va bientôt présenter les premiers éléments constitutifs de son rapport

Le président de la chambre basse du parlement, Isidore Mvouba, a annoncé le 15 octobre, à l'ouverture de la septième session ordinaire budgétaire, que le comité ad hoc constitué au sein de cette institution pour contrôler la mise en œuvre du programme avec l'institution de Bretton Woods était déjà à pied d'œuvre.

L'Assemblée nationale présentera, dans un délai raisonnable, les premiers éléments constitutifs de son rapport à mi-parcours, relatif à l'accord signé le 11 juillet dernier entre le gouvernement congolais et le Fonds monétaire international (FMI). « Au-delà de tout, les différentes commissions permanentes doivent poursuivre et intensifier le contrôle des secteurs de leurs champs de compétence, en vue de prévenir les actes inciviques opérés aux dépens de l'économie nationale », a exhorté Isidore Mvouba, s'interrogeant sur le niveau actuel des négociations avec les traders.

Insistant sur l'unité qui devrait régner au niveau de l'Assemblée nationale, il a rappelé les défis que les Congolais doivent relever en cette période de crise. Il s'agit, entre autres, de rétablir la viabilité de la dette ; améliorer la gouvernance ; combattre la corruption ; protéger les groupes vulnérables ; accroître la transparence et l'efficacité dans la gestion des ressources publiques.

Le budget 2020 adapté au PND et à la FEC

S'agissant de cette septième session ordinaire de l'Assemblée nationale, au total vingt-trois affaires ont été inscrites à l'ordre du jour. Celles-ci portent sur des thèmes liés à l'économie et aux finances ; à l'éducation, l'entrepreneuriat, la culture et la technologie. En effet, la principale affaire de cette session qui s'achèvera le 23 décembre est le projet de budget de l'Etat exercice 2020. Pour être pertinent, ce budget, a précisé Isidore Mvouba, doit être en cohérence avec le Plan national de développement (PND) 2018-2022 et le programme triennal de Facilité élargie de crédit (FEC), conclu avec le FMI. « La délégation du FMI, qui a séjourné au Congo le 10 septembre dernier, a pris le soin de souligner la nécessité de veiller à l'exécution rigoureuse du budget de l'Etat, de renforcer au mieux le système de recouvrement des recettes hors pétrole, afin de générer les ressources budgétaires additionnelles pour soutenir les dépenses prioritaires de l'Etat », a rappelé le président de l'Assemblée nationale, précisant que la première revue périodique de l'accord de FEC pointe déjà à l'horizon.

La mauvaise gouvernance étant considérée comme la porte ouverte à toutes les injustices humaines, les élus y compris doivent travailler d'arrache-pied en empruntant le chemin du développement économique. Tout ceci en veillant à la transparence dans la gestion des finances publiques, en luttant tant bien que mal, avec les moyens à leur disposition, contre la corruption ; en encourageant la politique gouvernementale d'élargissement de l'assiette fiscale et en œuvrant pour la réduction du déficit budgétaire, a poursuivi le député de Kindamba, dans le département du Pool. Il s'agit, pour lui, de la voie royale pour lutter efficacement contre le chômage et la pauvreté.

« Faire passer la part du tourisme de 3 % à 10 % du PIB d'ici à 2021 »

Conscient du fait que dans une économie de marché, le secteur privé est le principal vecteur de croissance, Isidore Mvouba pense que ce projet de loi est « une manifestation éclatante de l'entrepreneuriat au sens large du mot, comme levier important de création de la valeur ajoutée ».

Les députés auront également à traiter des projets de loi portant création du fonds de développement de l'enseignement supérieur et du tourisme. « Les projets de loi relatifs au tourisme vont booster le secteur productif. L'objectif est de faire passer la part du tourisme de 3 % à 10 % du PIB d'ici à 2021 », a-t-il expliqué.

Il a, par ailleurs, indiqué que l'adoption du nouveau code forestier se posait en termes d'urgence. « Nous savons tous que l'exploitation forestière est le deuxième pourvoyeur d'emplois après la Fonction publique. C'est pourquoi, il est question de tout mettre en œuvre pour que le secteur forestier joue un rôle de premier plan dans notre économie », a-t-il déclaré.

Finaliser les travaux de construction de la Copasol et de la Fondeco

Abordant le volet diversification de l'économie, Isidore Mvouba a souligné la nécessité d'élargir le parc d'usines et d'unités de production dans le pays, en créant les conditions d'achèvement de la construction de la Congolaise des panneaux solaires (Copasol) à Oyo et de la Fonderie du Congo (Fondeco) à Louvakou, dans le Niari. « A une certaine époque, les chaînes de production de ces deux unités de production étaient en voie d'achèvement. Dois-je ici insister avec force et vigueur sur l'amélioration du climat des affaires quand on sait que notre pays, le Congo, tarde à sortir des bas-fonds du classement Doing Business?», a-t-il conclu, espérant que l'Université Denis-Sassou-N'Guesso va ouvrir ses portes sous peu.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.