Madagascar: Corruption à l'Aéroport d'Ivato - Un policier de la PAF jeté en prison, un autre en liberté provisoire

Après la descente du président de la République Andry Rajoelina, des dispositions ont été prises pour assainir l'aéroport International d'Ivato. Les sanctions commencent à tomber contre les responsables fautifs, dont deux agents de police.

Détermination

Après déférement au Parquet du Pôle anti-corruption (PAC) avant-hier, l'un des deux agents de la Police de l'Air et des Frontières (PAF) arrêtés pour corruption à l'Aéroport international Ivato a été placé sous mandat de dépôt à Antanimora. Quant au second, il a bénéficié d'une liberté provisoire en attendant son procès. Le ministre de la Sécurité publique, le Contrôleur général de police Roger Rafanomezantsoa, a annoncé cette nouvelle hier, lors d'un bref entretien avec la presse, en marge de la cérémonie d'ouverture de la Première session de l'Assemblée nationale à Tsimbazaza. A cette occasion, il a réitéré sa détermination à écarter les indisciplinés des rangs de la Police nationale. Cela a obtenu l'adhésion de tous les hauts responsables de cette entité qui sont tous à l'écoute des doléances du public dénonçant les actes illégales commis par leurs subordonnés.

Flagrant délit

On rappelle que ces deux policiers ont été pris en flagrant délit par le Patron de la PAF (Chef PAF). Cette affaire remonte au dimanche 13 octobre quand une dame de nationalité malgache et son fils de 4 ans né d'un père français comptaient prendre le vol UU612 à destination de La Réunion. Ces deux policiers ont refusé l'embarquement prévu à 9 heures 30 de ces deux perdonnes. Ils ont agi ainsi en disant que l'enfant n'avait pas un document malgache. En conséquence, celui-ci devrait payer 35 euros. Ils ont alors ordonné la mère et son enfant à quitter le rang et revenir avec cette somme sinon ils risquent de voir leurs billets annulés. Une fois sortie de l'aéroport, la famille victime a appelé de l'aide et a remonté jusqu'au Chef PAF. Alerté de ce fait vers 7 heures 30, ce dernier a tout de suite réagi en montant tous les dispositifs permettant de traquer les deux policiers. Il s'agissait, en l'occurrence de marquer les 35 euros remis aux policiers. Et le piège a fonctionné, puisque les deux suspects ignoraient que les billets de banque qu'ils ont empochés étaient déjà marqués. Un flagrant délit de corruption immédiatement sanctionné. Avis aux amateurs.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.