Sénégal: Dagana - Urgence au district sanitaire

16 Octobre 2019

La circonscription sanitaire de Dagana présente une situation alarmante relative au déficit en ressources humaines. Le manque d'infirmiers, de sages-femmes, de techniciens supérieurs, risque de voir les 92 322 habitants privés « d'accès normal » aux soins de santé.

En marge de la campagne d'Octobre Rose organisée par la Ligue Sénégalaise contre le Cancer (LISCA) accompagnée par DP World Dakar, Opérateur du Terminal à Conteneurs du Port de Dakar, le médecin-chef du district sanitaire de Dagana accepte de poser son microscope sur la situation sanitaire du département de Dagana. La circonscription de Dagana présente les signes avant-coureurs d'une situation désastreuse.

Le déficit en ressources humaines pourrait en être la principale cause. En effet, il va falloir bien du personnel de santé pour la prise en charge de 92 322 habitants répartis dans 5 collectivités territoriales, notamment : Dagana, Gaya, Bokol, Ndombo Sandjiry et Mbane.

A défaut, si l'on n'y prend garde, le centre de santé, les 12 postes de santé et un dispensaire privé catholique risquent d'entrer le « coma ».

Le centre de santé de Dagana attend toujours son infirmier, malgré l'affectation d'une aideinfirmière et le recrutement de deux infirmières par le comité de développement sanitaire.

Les trois sages-femmes dont l'une est la coordinatrice de la santé de la reproduction, ne suffisent pas pour prendre en charge le volume d'activités au niveau de la maternité de Dagana.

Tout comme le recrutement d'une sage-femme communautaire est, comme qui dirait, une goutte d'eau dans une mer de besoins.

Dr Mamadou Kandji informe que l'unité de radiologie et le bloc opératoire ne sont pas toujours fonctionnelles. Ici aussi, la structure sanitaire aura nécessairement besoin de personnes ressources pour la prise en charge des activités, nous fait savoir le médecin chef.

En gros, Dr Mamadou Kandji invite le ministère de la Santé et de l'Action sociale à renforcer le district en techniciens supérieurs, infirmiers et sages-femmes.

Surtout, compte tenu de l'extension du centre de santé. En plus de sa quête de personnel, le centre de santé a une autre équation à résoudre : la vétusté des bâtiments construits en 1988.

Les extensions et la dernière réhabilitation de 2003 n'ont pas pris le dessus sur le poids de l'âge, tout comme la logistique, notamment les ambulances, pour les évacuations. « L'hôpital de Richard-Toll n'est pas loin. La logistique nous pose parfois des problèmes.

Nous avons deux ambulances très vétustes, qui tombent souvent en panne », soutient Dr Mamadou Kandji. Dans le même sillage d'ailleurs, il urge de trouver une solution car les accouchements avec complications, souvent référés au nouveau de l'hôpital de Richard-Toll, sont fréquents.

DES EFFORTS FOURNIS

Dr Mamadou Kandji fait savoir en revanche que beaucoup d'améliorations ont été notées en termes de ressources humaines. Tous les postes sont doublés sauf le poste de santé de Santhiaba.

« Nous avons une affectation d'une sage-femme. Le centre de santé a connu une extension. Désormais, nous avons une unité d'accueil, des urgences fonctionnelles, avec la mise en place par le ministère du matériel nécessaire qui nécessite notamment du personnel qualifié », dit-il ainsi, pour magnifier les efforts jusqu'ici fournis par le gouvernement du Sénégal.

SENSIBILISATION SUR LE CANCER

La formation de 30 sages-femmes de la circonscription sanitaire du département de Dagana organisée par DP World Dakar et la LISCA, est une matérialisation des recommandations du ministère sur la campagne Octobre Rose.

Il s'agit de sensibiliser les populations sur les moyens de prévention du cancer. « Nous sommes appuyés par DP World Dakar et Lisca pour la formation des sages-femmes et la consultation gratuite », explique Dr Kandji.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.