Congo-Kinshasa: Les banques de sang bientôt en panne !

16 Octobre 2019

Le Centre National de Transfusion Sanguine, basé dans la commune de Bandalungwa, dans la ville de Kinshasa, est en rupture de stocks de poches destinées à la collecte du sang et d'intrants utilisés pour le conditionnement du sang. Par conséquent, il se trouve dans l'impossibilité d'approvisionner les banques de sang de grandes formations médicales du pays. La catastrophe est aux portes de la RDC car les derniers stocks de sang sont dans la phase d'épuisement.

Selon une correspondance adressée au Premier ministre par l'ADP (Association de Défense des Droits des Patients), le lundi 14 octobre 2019, cette situation est due au blocage, au niveau du gouvernement, du dossier de renouvellement des intrants et poches de collecte du sang, introduit au ministère de la Santé par le Centre National de Transfusion Sanguine depuis le 18 octobre 2018. A en croire la même source, le ministère de la Santé avait transmis le dossier à la chaine de dépense, où rien ne bouge depuis douze mois.

L'ADP s'est résolue à saisir la Primature dans l'espoir de faire bouger les lignes, car dans l'hypothèse de la rupture totale des stocks de sang - ce qui ne saurait tarder si rien n'est fait en urgence - une hécatombe humaine est à craindre à partir des hôpitaux du pays.

Réunion de crise au ministère de la Santé

Plusieurs sources contactées par Le Phare au niveau aussi bien du Centre National de Transfusion Sanguine que de principales formations médicales de Kinshasa ont confirmé la situation de précarité des banques de sang à travers le pays. Joint également par Le Phare, le ministre de la Santé, Dr Eteni, a lui aussi reconnu la gravité de la situation mais signalé qu'il était en train de présider une réunion de crise au niveau de son cabinet avec les responsables des services compétents dans le but d'examiner les voies et moyens de parer au plus pressé.

Il est à espérer que toutes les batteries vont être mises en marche, tant au niveau du ministre de la Santé que du Chef du gouvernement pour secouer la chaine de dépense et obtenir, d'urgence, les fonds nécessaires au renouvellement des stocks d'intrants et des poches de collecte du sang. En attendant, c'est la panique au niveau des gestionnaires des banques de sang au sein de grandes formations médicales de Kinshasa et du reste du pays où les opérations de transfusion sanguine ne sont plus garanties aux patients en déficit de sang.

La question à se poser est de savoir ce qui bloque, depuis une année, pour l'approvisionnement de la RDC en intrants et poches de sang, des produits vitaux pour les malades en délicatesse de santé. L'élément de blocage ne se situerait-il pas au niveau de fameuses commissions et « rétro-commissions » dont raffolent certains décideurs politiques et fonctionnaires appelés à traiter des dossiers liés aux sorties des fonds publics ? Si tel est le cas, une enquête est vivement recommandée pour neutraliser tous ceux qui banalisent les vies de leurs congénères. Kimp

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Le Phare

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.