Cameroun: Autonomisation des femmes africaines - Les propositions des parlementaires

Le sujet est au centre des travaux de la 12e Conférence sur les droits des femmes ouverte le lundi 14 octobre 2019 au siège du Parlement panafricain, à Midrand en Afrique du Sud.

Elles sont parlementaires, membres de la société civile ou d'organisations non gouvernementales oeuvrant pour la promotion des droits des femmes sur le continent. Certaines ont fait le déplacement de Midrand en Afrique du Sud pour participer aux travaux de la 12e Conférence sur les droits des femmes qui se tient au siège du Parlement panafricain, en marge des travaux de la 3e session ordinaire de la 5e législature de l'institution parlementaire de l'Union africaine. Une rencontre qui coïncide cette année avec la célébration de la Journée internationale de la femme rurale, le 15 octobre.

Pour les participants aux travaux de Midrand, il est question d'arrimer la réflexion actuelle au thème 2019 qui sous-tend les activités de l'Union africaine. A savoir : « 2019, année des réfugiés, des rapatriés et des personnes déplacées internes : vers des solutions durables aux déplacements forcés en Afrique ». En ouvrant les travaux, au nom du président du PAP, la 2e vice-présidente de l'institution, la Malienne Haidara Aichata Cissé a rappelé que sur les centaines de milliers de réfugiés et déplacés internes enregistrés sur le continent, « les femmes sont, hélas, les plus grandes victimes. De même qu'elles le sont en cas de conflits armés ».

La vice-présidente du PAP a indiqué que la Conférence des femmes demeure l'espace idéal pour s'exprimer, faire des propositions sur leur devenir. C'est pourquoi, elle s'est félicitée de la création de la Zone de libre- échange continentale africaine (Zleca) qui, de son point de vue, devrait offrir une excellente occasion de concrétiser les engagements en matière d'égalité des sexes prescrits aussi bien dans les cadres juridiques de l'Union africaine que ceux internationaux en faveur de cette égalité grâce à l'autonomisation économique des femmes. Elles qui jouent déjà un rôle majeur dans la création d'emplois productifs ayant un impact positif sur le développement socio-économique du continent.

Les participants ont du reste proposé un accès plus facile aux moyens de production, à l'instar des crédits octroyés par les structures financières. Il est donc important que les parlements nationaux encouragent les Etats du continent à aller vers la ratification du Protocole de Malabo sur le Parlement panafricain qui, de l'avis de la 2e vice-présidente du PAP, va donner l'occasion de mieux légiférer sur les droits en faveur des femmes, en tenant compte des spécificités propres à chaque pays.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.