Afrique Centrale: Centre culturel et artistique pour l'Afrique centrale - Félix Tshisekedi lance les travaux de construction

Le président de la République a donné le coup d'envoi, le 16 octobre, de la construction du centre culturel de Kinshasa, sur le site de la Place du cinquantenaire, situé en face du Palais du peuple, dans la commune de Kasa-Vubu.

Dans son mot de circonstance à l'occasion de la pose de la première pierre du Centre culturel et artistique pour l'Afrique centrale par le président de la République, le directeur général de l'Institut national des arts (INA), le Pr Yoka Lye Mudaba, a qualifié l'événement de « réparation de l'histoire » car il y a trente ans, la salle Cultrana était détruite et c'est sur ses cendres que le stade des Martyrs fut érigé. C'est comme si l'histoire s'est répétée, cette fois-ci avec le correctif que représente ce vaste chantier au travers duquel l'Etat congolais vient de s'amender vis-à-vis des artistes. Tout en saluant le geste de Félix Tshisekedi de doter le pays de cette infrastructure moderne, le Pr Yoka Lye Mudaba a, par ailleurs, sollicité son lobbying pour faire inscrire la rumba congolaise comme patrimoine mondial.

Pour sa part, le chargé d'affaires de la République populaire de Chine, Tu Wentao, a mis un accent particulier quant à la contribution de son pays pour l'émergence de la culture africaine via des ouvrages de cette nature. « La société congolaise fait preuve d'une grande vitalité, en mettant en place de grands programmes de développement. En ce moment, il n'est pas à négliger que la culture et l'art constituent la première richesse d'un peuple et une force motrice en faveur du développement, en insufflant l'enthousiasme et la créativité à une nation qui cherche depuis longtemps la prospérité socio-économique », a-t-il indiqué. Il reste convaincu que ce centre va aider la République démocratique du Congo à retrouver sa place de leader dans le monde de la culture africaine et afficher au monde entier l'image dynamique de la société congolaise.

Le plus grand centre culturel en Afrique central va être érigé au même moment que le nouveau siège devant abriter l'INA, longtemps demeuré locataire. En effet, depuis le projet de la construction du stade des Martyrs à l'espace où cet établissement supérieur d'enseignement eût à fonctionner, la communauté estudiantine de l'INA s'est retrouvée dans la rue, sans titre de propriété. Le grand centre en construction va contenir deux grandes salles, dont l'une de deux mille places et l'autre de huit cents places.

Les travaux vont prendre plus ou moins trente mois et seront supportés par les finances publiques avec, à la clé, une importante contribution du gouvernement chinois. L'entreprise ainsi choisie pour piloter ce chantier est Beijing urban avec une mise de cent millions de dollars américains comme coût des travaux. Ce centre va permettre de couvrir l'Afrique centrale, mais surtout professionnaliser le métier de la culture. Il va être comparable à celui de Rabat, au Maroc, qui est un grand carrefour de rayonnement de la culture maghrébine en particulier et du monde arabe en général.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.