Sénégal: Avènement de l'économie pétrolière et gazière - Moustapha Niasse invite ses camarades députés à poursuivre leur effort

16 Octobre 2019

L'Assemblée nationale a ouvert hier, mardi 15 octobre, sa session ordinaire unique 2019- 2020, conformément à l'article 63 de la Constitution.

Une occasion saisie par le président de la deuxième institution du pays, Moustapha Niasse pour exhorter ses camarades parlementaires à plus d'efforts pour remplir les missions de l'hémicycle, en perspective de l'événement de l'économie pétrolière et gazière.

Le Secrétaire général de l'Alliance des forces de progrès (Afp) n'a pas manqué de revenir sur la méthode adoptée pour la modification du règlement intérieur.

Décidemment, la question du pétrole et du gaz inquiète au plus haut niveau les autorités du pays. Ou du moins, l'Assemblée nationale, plus précisément cette 13ème législature, qui compte jouer pleinement son rôle dans les missions qui lui sont assignées dans le contexte si particulier vers lequel se dirige le pays.

En effet, en marge de l'ouverture hier, mardi 15 octobre, de la session ordinaire unique 2019-2020 de l'Assemblée nationale, le président de la deuxième institution du pays a lancé un vibrant appel à ses collègues parlementaires.

Le Secrétaire général de l'Alliance des forces de progrès (Afp), Moustapha Niasse, a fait savoir aux députés que «si nous poursuivons sans relâche nos efforts, nous pourrons sans aucun doute, en synergie, réaliser des avancées significatives dans l'exécution des tâches qui nous sont dévolues, en hissant résolument l'Assemblée nationale au niveau des exigences qu'impose le potentiel de notre cher Sénégal, dans la perspective de l'avènement de l'économie pétrolière et gazière, en gérant en même temps les impératifs liés à la stabilité, à la cohésion sociale, à la paix et à la sécurité».

La deuxième personnalité de l'Etat est, en outre, revenu sur les tenants et les aboutissants de la modification du règlement intérieur de l'Assemblée, tout en donnant la méthodologie adoptée.

Dans son allocution, il renseigne que la réforme «a été sous-tendue par une méthode et une philosophie». Plus explicite, il fait savoir que la «méthode a été caractérisée par une approche inclusive, dans le respect des compétences des uns et des autres».

Dans la même dynamique, il affirme avoir personnellement encouragé «des concertations préalables» entre les différents pôles.

Ce qui, à son avis, a permis la proposition de loi «consensuelle», compte tenu de la suppression du poste de Premier ministre, mais également «dans le souci de répondre à l'évolution des données, c'est-à-dire des nouvelles missions dévolues à l'Institution».

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.