Ile Maurice: Cameramen free-lance pour couvrir la campagne - «Pas un calcul», se défend la MBC

Des cameramen privés sont déployés par la Mauritius Broadcasting Corporation (MBC) pour assurer la couverture des activités politiques. Celles de l'opposition, notamment. Patrick Assirvaden l'a affirmé, vendredi, lors de son allocution au premier grand rassemblement de l'Alliance Nationale, à Flacq.

«Un responsable des journalistes (NdlR il a cité le nom de ce dernier) a fait une réunion cet après-midi avec cinq cameramen privés qui sont dans la foule aujourd'hui en train de filmer», a affirmé le président du Parti travailliste (PTr).

L'explication derrière une telle démarche, toujours selon Patrick Assirvaden : «MBC koné ki si li vin dan meeting (NdlR, celui de l'Alliance Nationale), nou pou tir li. Nou pou dir li nou na pa lé MBC. (... ) Parski zot koné zot nat dan kout van si zot vini zot mem.»

Celui-ci est allé plus loin lançant un avertissement au directeur général (DG) Beejhaye Ramdenee et ensuite au consultant Anooj Ramsurrun. «Fer atansyon. Dan PTr, nou pena vanzans, nou pa fer vandeta, nou pa kraz maléré mé na pa vin enn payasson dan sa kampagne elektoral la. Sink kameraman privé payé par MBC... nou pou respecté dimounn ziska prev di kontrer».

Interrogé à ce sujet, hier, Beejhaye Ramdenee, le DG de la MBC, réplique que c'est une pratique courante de la station nationale de recruter des cameramen free-lance lors de grands événements qui nécessitent davantage de ressources que d'ordinaire.

Ascension fulgurante

«C'est vérifiable. Nous l'avons fait pour la visite du pape où nous avons fait appel à cinq free-lances et pour les Jeux des îles où nous avons retenu les services d'une dizaine d'entre eux. Il n'y a rien de sinistre ni un quelconque calcul dedans. Les élections requièrent beaucoup de ressources.»

D'ajouter que la MBC a déjà une base de données de ces cameramen qui travaillent pour elle en cas de besoin. «Nous avons un contrat en bonne et due forme avec eux et ces free-lances sont également assurés puisqu'ils travaillent pour nous.»

À la question de savoir à combien se chiffre le pool de cameramen, le DG répond ne pas avoir de chiffre en tête mais que la MBC comprend des cameramen aux départements news, production et multimédia.

Il n'empêche qu'à Moka, des employés de la MBC confirment que c'est surtout pour éviter des ennuis sur le terrain durant la campagne qu'appel est fait à ces free-lances. «Il y a ceux recrutés comme chauffeur ou handyman au départ mais qui ont connu une fulgurante ascension en devenant cameramen. Ils sont allés jusqu'en Chine ou à New York pour assurer des couvertures médiatiques du Premier ministre sortant. Par contre, on ne les voit pas sur le terrain pour les élections», dénonce- t-on à Moka.

Par ailleurs, Beejhaye Ramdenee confie avoir écrit à tous les partis politiques pour leur demander leur calendrier politique afin de «faire le planning correctement». Sauf que personne n'est revenu vers lui, jusqu'ici. Même pas l'Alliance Morisien.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.