Afrique: Journée mondiale de l'alimentation - Des actions plus audacieuses pour garantir des régimes alimentaires sains et durables pour tous

communiqué de presse

Rome — Les activités liées à la Journée soulignent la nécessité d'intensifier les actions visant à éradiquer la faim et la malnutrition sous toutes ses formes d'ici 2030

A l'occasion de la cérémonie célébrant la Journée mondiale de l'alimentation, plusieurs intervenants ont appelé à prendre des actions plus audacieuses à travers tous les secteurs afin de garantir des régimes alimentaires sains, abordables et durables pour tous.

Cette année, la Journée mondiale de l'alimentation - avec le thème "Agir pour l'avenir. Des régimes sains pour un monde #FaimZéro"- prend place alors que la faim est en hausse à travers le monde tout comme les taux de surpoids et d'obésité.

La FAO et ses partenaires pensent qu'il existe des solutions abordables afin de réduire toutes les formes de malnutrition mais qu'elles requièrent une plus grande implication de la communauté internationale et des actions.

"Des actions collectives sont indispensables afin de relever le défi mondial que représente la faim dans le monde" a déclaré M. Giuseppe Conte, Premier ministre italien, lors de son discours introductif.

Le Premier ministre a réaffirmé le soutien de l'Italie pour « une agriculture intégrée qui soutient la planète et les identités culturelles, » et a insisté sur la nécessité de mieux comprendre le développement « en tant que collaboration internationale franche, comme la politique au sens le plus noble du terme, » en vue d'atteindre les Objectifs de développement durable (ODD).

M. Conte et M. Qu, Directeur général de la FAO ont salué l'annonce d'António Guterres, Secrétaire général de l'ONU, portant sur l'organisation d'un Sommet sur les systèmes alimentaires en 2021 dans le cadre de la Décennie d'action sur la nutrition et en vue de réaliser les ODD. M. Conte a proposé que l'Italie accueille cet évènement et M. Qu l'a félicité pour cette offre.

Dans un message vidéo spécialement enregistré pour la Journée mondiale de l'alimentation, M. Guterres a qualifié d' « inacceptable » la hausse des souffrances liées à la faim alors que le monde gaspille chaque année plus d'un milliard de tonnes de nourriture.

Dans un message spécial lu à l'occasion de l'évènement, le Pape François a insisté sur le fait que la « bataille contre la faim et la malnutrition ne finira pas tant que la logique de marché domine et que les profits doivent être faits à n'importe quel prix ».

Le souverain pontife a invité à adopter des styles de vie inspirés par la gratitude, la modération et la solidarité et a souligné la nécessité de promouvoir des institutions économiques et des initiatives sociales en faveur des pauvres.

" Nous devons prendre conscience que nous accumulons les choses et que le gaspillage est le pain des pauvres,"a ajouté le Pape François.

Lors de son discours d'ouverture, M. Qu Dongyu, Directeur général de la FAO, a averti du fait que "Si nous n'agissons pas maintenant, la faim et la malnutrition représenteront des barrières importantes en vue d'atteindre les ODD d'ici 2030."

Le Directeur général de la FAO a insisté sur l'importance de la collaboration et du rôle que chacun doit jouer - des gouvernements aux sociétés alimentaires en passant par le secteur privé, les institutions de recherche et les consommateurs -pour faire en sorte que tout le monde puisse avoir accès à des régimes alimentaire sains et lutter contre la hausse de la faim, du surpoids et de l'obésité.

"Nous avons besoin d'implication et d'une forte volonté politique. Nous devons investir dans la nutrition et em faveur de la nutrition. Nous devons marcher main dans la main et bâtir des systèmes alimentaires sains et durables," a ajouté le Directeur général de la FAO.

Le Directeur général de la FAO a annoncé le thème biennal de l'agence onusienne pour 2020-2021 -Promouvoir des régimes alimentaires sains et prévenir toutes formes de malnutrition - et réaffirmé l'engagement de la FAO vis-à-vis de l'objectif mondial consistant à éradiquer la faim et la malnutrition sous toutes ces formes d'ici 2030.

"Nous pouvons réussir à respecter notre engagement consistant à éradiquer la faim. Notre succès dépendra de la transformation des systèmes alimentaires mondiaux.

Ils doivent prendre en compte les femmes, les jeunes et les peuples autochtones. Ils doivent aussi être durables sur le plan environnemental, social et économique. Ils doivent également assurer une alimentation saine à tous.

Avec les bonnes politiques et les bons investissements dans l'agriculture et le développement rural, nous pouvons créer un monde où la sécurité alimentaire est garantie et où les taux de faim et de pauvreté ont considérablement baissé," a indiqué M. Gilbert F. Houngbo, Président du Fonds international de développement agricole (FIDA).

" La quantité de nourriture gaspillée chaque année à travers le monde pourrait nourrir deux milliards de personnes em plus donc dans un monde où toutes les cinq secondes, un enfant meurt de causes évitables comme la faim ou encore la malnutrition, cela est complètement inacceptable.

Nous avons la solution à portée de main en ce qui concerne l'éradication de la faim, en gérant mieux la nourriture que nous avons déjà.

Si nous travaillons tous ensemble, nous pouvons atteindre l'Objectif Faim Zéro - mais nous ne pourrons nous reposer tant que chaque enfant, partout à travers le monde, s'endort avec le ventre vide, » a de son côté déclaré M. David Beasley, Directeur exécutif du Programme alimentaire mondial (PAM), faisant écho à l'appel visant à en finir avec le gaspillage alimentaire et à inviter les gens du monde entier à rejoindre la campagne du PAM #StopTheWaste.

M. Sergio Mattarella, le Président italien, a également envoyé un message à l'occasion de cette journée spéciale, soulignant que « l'insécurité alimentaire était certainement l'une des pires conséquences du changement climatique ».

Des ministres issus de plusieurs pays se sont également exprimés au cours de l'évènement, témoignant de l'importance de garantir des systèmes alimentaires sains, durables et abordables pour tous.

Parmi eux figuraient : M. Edward Francisco Centeno Gadea, Ministre de l'agriculture du Nicaragua, Kassoum Denon, Ministre Commissaire à la sécurité alimentaire du Mali, Mme Elina Kalkku, Vice-ministre, Politique du développement au Ministère des Affaires étrangères de la Finlande et Mme Mariam bint Saeed Hareb Al Mehairi, Ministre d'Etat à la sécurité alimentaire des Emirats arabes unis. M. Joaquim José Gusmão dos Reis Martins, Ministre de l'agriculture et des pêches du Timor-Leste a envoyé un message de soutien.

Plaider en faveur de régimes alimentaires sains et durables

Dans son discours, le Directeur général de la FAO a insisté sur le fait que plus de 820 millions de personnes souffrent de la faim à travers le monde. Il a souligné que si le nombre total de personnes souffrant de sous-alimentation chronique avait augmenté ces dernières années, le taux était en baisse par rapport à la population totale de la planète.

M. Qu a également souligné le fait que plus de 2 milliards d'adultes et près de 380 millions d'enfants et d'adolescents étaient en surpoids ou obèses. Cela est dû a nos systèmes alimentaires actuels qui ne parviennent pas à garantir une sécurite alimentaire et des régimes alimentaires sains pour tous et contribuent à la dégradation environnementale.

De la production agricole à la transformation jusqu'au stade de la vente, il y a très peu de place pour des aliments frais produits localement car les cultures à fort rendement et profitables sont prioritaires.

Bien qu'assez de nourriture soit produite à l'échelle mondiale, elle n'est pas produite là où il y en a le plus besoin.

Les récentes estimations de la FAO et de l'Organisation de coopération et de développement économique indiquent qu' à l'échelle mondiale, la productivité agricole devrait dépasser les 15 pour cent de croissance prévue pour la prochaine décennie pour la demande de produits agricoles- avec une diminution des émissions de gaz à effet de serre et ce, sans une forte hausse de l'utilisation des terres.

Au lieu de donner des motivations aux agriculteurs pour produire davantage de nourriture nutritive, de nombreux pays préfèrent subventionner des produits avec une faible valeur nutritionnelle, favorisant les aliments de base - comme le blé, le riz et le maïs - par rapport aux fruits et aux légumes. Cela a évidemment des répercussions négatives sur la nutrition et la diversité alimentaire.

Les aliments riches en nutriments comme les oeufs, le lait, les fruits et les légumes peuvent être très chers, en particulier dans les pays les plus pauvres, rendant leur abordabilité difficile. Dans les pays plus riches et dans de plus en plus de pays à faible revenu, les aliments malsains sont moins chers, disponibles et plus pratiques.

Au même moment, on passe en général moins de temps à preparer ses plats à la maison et les consommateurs, en particulier dans les zones urbaines, comptent de plus en plus sur les supermarchés, les établissements de restauration rapide, les vendeurs de rue et les restaurants self-service.

Des plats saisonniers, riches en plantes et en fibres, les gens se sont tournés vers des régimes alimentaires riches en énergie, en féculents, en sucre, en graisses, en sel, vers des aliments transformés, des produits à base de viande et d'autres sources animales.

Les régimes alimentaires malsains sont l'une des principales causes de décès dans le monde en ce qui concerne les maladies non transmissibles avec notamment des maladies cardiovasculaires, des diabètes et certains cancers, pesant ainsi de tout leur poids sur les budgets nationaux dédiés à la santé. L'obésité coûterait 2 trillions de dollars de pertes de productivité économique chaque année et aurait egalement un impact direct sur les frais des soins de santé dans le monde entier.

Comment faire en sorte que des régimes alimentaires sains et durables soient disponibles et accessibles pour tous?

Pour faire face à cette situation, la FAO appelle à : mieux motiver les producteurs agricoles du monde entier, à mettre en place des étiquetages plus complets et faciles à comprendre et à une publicité responsable afin d'aider les consommateurs à s'orienter vers des régimes alimentaires sains, à mettre en place un commerce plus durable avec des règles claires et à promouvoir la nutrition comme une question propre à la sécurité alimentaire.

Le secteur privé devrait également reformuler ses produits pour les rendre plus nutritifs tandis que les sociétés alimentaires qui produisent de la nourriture nutritive pourraient être récompensées afin de rendre leurs produits plus accessibles et abordables.

Il est également important d'avoir recours aux technologies de l'information et de la communication tout au long des chaînes de valeur agricoles afin de créer de nouvelles plateformes, de réduire la disparité entre zones rurales et urbaines et d'exploiter pleinement le potentiel du smartphone en tant que nouvel outil du secteur agricole afin d'augmenter la productivité.

La FAO travaille avec ses partenaires et les communautés du monde entier afin d'intensifier les efforts visant à réaliser l'Objectif de développement durable numéro 2 - Faim Zéro et des régimes alimentaires sains. Cela implique de développer les principes directeurs de l'Organisation mondiale de la santé sur les « régimes alimentaires durables » et de soutenir la mise en œuvre de la Décennie d'action pour la nutrition (2016-2025) sans oublier de contribuer aux politiques, stratégies et programmes sur la sécurité alimentaire et la nutrition à l'échelle mondiale, régionale et nationale.

Note: La Journée mondiale de l'alimentation est célébrée chaque année, le 16 octobre, et rend hommage à la création de la FAO en 1945. Des évènements sont organisés dans près de 150 pays à travers le monde.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Aliments et Agriculture

Plus de: FAO

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.