Congo-Brazzaville: Challenge - Le prix de l'innovation numérique révèle des applications utiles

Huit projets portés par des candidats admis à la première édition du prix de l'innovation numérique ont été récemment présentés à Kintélé, au nord de Brazzaville, à l'occasion d'un atelier régional sur l'innovation technologique organisé par le Congo avec l'appui de l'Union internationale des télécommunications.

Mis en place par le ministère des Postes, des télécommunications et de l'économie numérique, le prix récompense les start-up et les jeunes congolais qui se sont exprimés à travers des projets innovants dans le numérique et d'offrir à ceux-ci des opportunités d'accroître leurs connaissances pratiques dans le domaine des technologies de l'information et de la communication (TIC).

L'édition inaugurale de cette année, associée au programme Seeds for the future 2019 de la société Huawei, avec l'appui des sociétés soucieuses du développement du numérique comme Airtel Congo, a révélé au final huit candidats et des projets jugés créatifs. Présentés officiellement, ces projets bénéficieront d'un accompagnement stratégique grâce à une formation offerte dans le cadre de Seeds for the future en Chine, en novembre.

Dédié aux jeunes de 18 à 29 ans, ayant un intérêt manifeste dans le domaine des TIC et porteurs de projets novateurs dans le domaine du numérique, le prix, a souligné le ministre de tutelle, Léon Juste Ibombo, est « inscrit dans le plan d'action de la stratégie nationale du développement de l'économie numérique qui est la traduction du projet de société du président de la République, chef de l'Etat ».

Des projets intéressants

De quarante-cinq candidats au départ, vingt-neuf ont été sélectionnés et formés puis huit projets retenus au final au cours du challenge dédié aux jeunes de 18 à 29 ans. Parmi eux, une application dans le domaine du transport et qui voudrait digitaliser la réservation et le paiement des billets de bus. Autre initiative, celle dénommée « Switch control project controler », un projet bureautique qui vise à contrôler des lumières et gérer la consommation d'électricité à partir de son téléphone portable, que ce soit par un réseau wifi local ou même à distance.

Le projet PayGo, qui a également reçu une bonne mention, est une plate-forme de paiement électronique. Touchant le secteur de la fintech, la solution vise l'interopérabilité entre les différents opérateurs téléphoniques locaux mais également internationaux, à l'instar de Visa et Mastercard. Une application sur la digitalisation de la poste congolaise a également été plébiscitée.

Le prix a, par ailleurs, fait un clin d 'œil à une application de gestion et distribution des produits sanguins. Une solution capable de mettre en relation les personnes qui sont dans le besoin et des donneurs. Deux autres projets que l'on peut citer sont ceux qui consistent à la distribution des produits de première nécessité et de mise en relation des différents salons de bien-être.

« Ces jeunes ont utilisé le numérique pour répondre à des besoins auxquels l'on fait face tous les jours », a souligné Francis Seck, conseiller à l'Economie numérique au ministère congolais en charge du secteur.

Si ces projets ont tous ciblé les domaines définis dans le cadre de la stratégie de développement de l'économie numérique (e-gouvernement, e-citoyen et e-business), ils attendent ainsi un meilleur cadrage dans l'écosystème digital national pour qu'ils soient vraiment utiles, a évoqué Serge d'Oliviera, directeur marketing et commercial d'Airtel Congo, partenaire du prix.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.