Afrique: Le paludisme tue 450 000 personnes chaque année

Les enfants de moins de 5 ans sont les principales victimes de la maladie qui continue de faire des ravages dans le monde.

La conférence de financement du Fonds mondial pour la lutte contre le VIH, la tuberculose et le paludisme, qui s'est tenue à Lyon, a annoncé avoir réuni près de quatorze milliards de dollars pour lutter contre ces trois maladies. Le paludisme est connu depuis de très nombreuses années, mais la maladie continue de faire des centaines de milliers de morts chaque année dans le monde, notamment en Afrique.

Les enfants de moins de 5 ans sont les principales victimes. Ils représentent 61% des décès, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Dans le monde, quelque 216 millions de personnes sont atteintes de paludisme. Il a tué 435 000 personnes dont 93% en Afrique, estime l'OMS pour 2017.

Environ 40% de la population mondiale est exposée à la maladie et cinq cents millions de cas cliniques sont observés chaque année. "Depuis 2000, les taux de mortalité liés au paludisme ont chuté de 60% à l'échelle mondiale et de nouveaux pays sont déclarés exempts de la maladie chaque année. Néanmoins, après des années de recul constant, le nombre de cas de paludisme repart à la hausse - les dix pays les plus touchés d'Afrique ont ainsi fait état d'une augmentation en 2017", précise le Global Fund.

La transmission du paludisme touche quatre vingt un pays à travers le monde, faisant peser un très lourd fardeau sur les pays de l'Afrique subsaharienne. En 2017, près de la moitié des cas dans le monde ont été enregistrés dans cinq pays : le Nigeria (25%), la RDC (11%), le Mozambique (5%), l'Inde (4%) et l'Ouganda (4%), selon les données de l'OMS.

Pour l'organisation, la lutte contre le paludisme passe avant tout par la lutte contre le moustique porteur de la maladie. "Deux formes de lutte antivectorielle sont efficaces dans beaucoup de situations : les moustiquaires imprégnées d'insecticide et la pulvérisation d'insecticide à effet rémanent à l'intérieur des habitations", précise l'OMS.

En 2017, environ la moitié de la population exposée au risque de paludisme en Afrique était protégée par des moustiquaires imprégnées, contre 29% en 2010. Néanmoins, "près de trois cents millions de personnes en Afrique subsaharienne n'ont toujours pas accès à des moustiquaires imprégnées d'insecticide et au moins quinze millions de femmes enceintes ne reçoivent pas le traitement préventif dont elles ont besoin pour rester en bonne santé et protéger leur enfant à naître", selon le partenariat RBM.

La maladie peut être prévenue au moyen d'antipaludiques

Il existe aussi désormais un vaccin (Le RTS,S/AS01) conférant une protection partielle pour le jeune enfant. Il est actif contre le Plasmodium falciparum, le parasite du paludisme le plus meurtrier au niveau mondial qui est aussi le plus courant en Afrique. Son utilisation - lors d'essais cliniques à grande échelle chez des enfants avec l'administration de quatre doses - a permis d'éviter environ quatre cas sur dix sur une période de quatre ans. Ce vaccin est testé dans trois pays, le Ghana, le Malawi et désormais le Kenya. La lutte contre les moustiques est "menacée par l'émergence d'une résistance de l'Anophèle aux insecticides. Selon le dernier rapport sur le paludisme dans le monde, soixante-huit pays ont signalé une résistance à au moins une des cinq classes d'insecticides généralement utilisées entre 2010 et 2017, et 57 une résistance à deux classes ou plus", avertit l'OMS.

L'autre menace qui pèse sur le combat contre la maladie est la résisance du Plasmodium aux produits antipaludiques. Aujourd'hui, les ambitions de l'OMS sont de "Réduire de 40% les taux de mortalité palustre au plan mondial d'ici à 2030; éliminer le paludisme dans au moins dix pays d'ici à 2030; empêcher la réapparition du paludisme dans tous les pays exempts."

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.