Cote d'Ivoire: 1ere édition de la journée africaine de la e-santé - Le digital au service de la santé

16 Octobre 2019

Le secteur de la santé n'échappe à la révolution numérique. A preuve, la mise au point de Passcare qui vient combler un vide.

Passcare est une solution innovante en matière de e-santé. Elle a été présentée le 16 octobre 2019, au cours de la première édition de la journée africaine de la e-santé. Intitulée «TakeCareShow Africa», cette journée a eu lieu à l'hôtel Pullman d'Abidjan-Plateau.

De l'avis de Dr Adnan El Bakri qui l'a mise au point, il s'agit d'une carte digitale qui renferme toutes les informations relatives à la santé du titulaire, et opérationnelle dans tout le monde entier. «Elle est basée sur une technologie qui lie les professionnels de la santé au patient, via la téléphonie», a-t-il expliqué.

La cérémonie était placée sous la présidence du ministre de la Santé et de l'Hygiène publique, Aka Aoulé. Il a été représenté par son homologue en charge de l'artisanat, Sidiki Konaté.

«Cette solution aura bien sa place en Côte d'Ivoire», a-t-il souligné, en affirmant qu'à l'heure du numérique et s'appuyant sur l'exemple du mobile money, il a assuré qu'une solution e-santé ne peut prospérer. «Là où le mobile money s'est fait une place au soleil, il n'est pas exclu que la santé via le digital prospère», a-t-il dit.

Le ministre de l'Artisanat s'est réjoui également du fait que le secteur dont il a la charge, forte de ses cinq à six millions de travailleurs, pourrait tirer grand profit de cette solution qu'il a qualifiée de novatrice.

«En tant que ministre de l'Artisanat, ayant affaire à plus de cinq millions d'artisans qui sont en train de s'organiser, je peux assurer qu'ils ont aussi besoin d'être accompagnés en termes de santé», a affirmé le ministre.

Un passeport ouvert sur tout le monde...

Le Dg de la Caisse nationale d'assurance maladie (Cnam) était aussi présent. «Cette solution est un passeport qui permet d'avoir toute les informations médicales du titulaire.

A la Cmu, nous avons une carte d'assurance maladie qui permet d'avoir certaines information, mais pas médicales. La réflexion intéressante à mener, c'est de voir comment cette solution peut contribuer à renforcer la carte de la Cmu».

A la question de savoir si un partenariat pourrait être envisagé avec les promoteurs, il a répondu «qu'un partenariat est la bienvenue. Sauf qu'il n'y a pas encore d'engagement particulier. Le tout est de voir comment on peut cheminer ensemble», a-t-il affirmé.

Plusieurs panels portant notamment sur les enjeux de la e-santé, la couverture maladie, l'information médicale, la e-santé et la prévention, ont aussi rythmé cette journée dédiée à la E-santé. Etait aussi prévu, la signature de plusieurs conventions entre acteurs et opérateurs présents à cette journée.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.