Ile Maurice: Pravind Jugnauth sur l'affaire Serenity - «Mo pou manz ar zot»

Pravind Jugnauth a évoqué l'affaire Serenity dans un congrès à Caroline, dans la circonscription no. 10 hier, mercredi 16 octobre. «Il a la conscience claire», a-t-il déclaré. Avant d'ajouter que «mo pou manz ar zot», en ciblant particulièrement Krish Kaunhye, directeur de Top FM et de Top TV. Il explique qu'il a porté l'affaire en cour.

Il a tiré à boulets rouges sur Krish Kaunhye. Affirmant que ce dernier était venu le voir pour des faveurs. Faveurs qu'il dit avoir refusées. D'où les représailles. «Mo pou geté ki li pou vinn dir la.»

Toute cette affaire porte sur la polémique entourant le Film Rebate Scheme. Serenitygate est une enquête de la radio concernant Sanjiv Ramdanee, propriétaire de l'hôtel Maradiva et aussi beau-frère du Premier ministre. La vidéo «Dans les entrailles du pouvoir» vise à démontrer que ce dernier était en contact avec les producteurs du film Se-renity, lancé dans son hôtel. Autre allégation: la hausse du seuil de remboursement du Film Rebate Scheme aurait eu lieu tout juste avant le dé-but du tournage à Maurice. L'on y mentionne également que le gouvernement mauri-cien a remboursé la somme de Rs 214 millions aux pro-ducteurs dans le cadre du Film Rebate Scheme. C'est ainsi que Pravind Jugnauth et son épouse Kobita Jugnauth réclament un demi-milliard de roupies à Krish Kaunhye, à l'avocat Akil Bissessur, à Top FM Ltd et à Top TV Ltd.

Le couple Jugnauth estime qu'il a été diffamé par des propos tenus dans le sillage de cette polémique. D'autant plus que le directeur de cette radio était intervenu en direct, le 11 octobre, quelques heures après qu'une vidéo de l'enquête a été enlevée sur la page Facebook de la radio. La plainte souligne que ces faits tendent à faire croire que Pravind Jugnauth a porté atteinte à la liberté d'expression et qu'il aurait agi comme un dictateur.

Quelques jours plus tard, l'avocat avait été sollicité par un journaliste de cette chaîne. Me Akil Bissessur s'était rendu à la commission anticorrup-tion (ICAC) pour demander l'ouverture d'une enquête sur le Film Rebate Schemeaprès ces «révélations». La plainte rédigée par Sha-mila Sonah-Ori a été déposée en Cour suprême hier. Dans le document, l'avouée écrit que les propos tenus par les deux intervenants à la radio sont «absolutely false, malicious, mis-leading, highly defamatory and bent upon causing prejudice and have caused tremendous preju-dice to the Plaintiffs and have tarnished their reputation locally and internationally».

Le couple Jugnauth estime que les deux protagonistes ont commis une «faute» qui leur porte préjudice ainsi qu'à leurs enfants. Il ajoute que ces déclarations diffusées à Maurice et à l'étranger, tendent à vouloir faire croire qu'ils ont aidé leurs proches à obtenir de l'argent d'une façon illicite.

Dans la plainte, Pravind Jugnauth souligne que toute cette saga survient «en pleine campagne électorale». Et que ces faits viseraient à sous-en-tendre qu'il a utilisé sa fonction de Premier ministre et ministre des Finances dans le but d'accorder des avantages à son beau-frère (NdlR, Sanjiv Ramdanee) et qu'il doit être poursuivi.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.