Cote d'Ivoire: Meurtre de l'étudiant Kouadio Djah Brice - Les trois présumés assassins interpellés

17 Octobre 2019

Les enquêtes de la police criminelle ont permis de mettre le grappin sur des individus soupçonnés d'être impliqués dans la mise à mort du jeune homme.

Les éléments de la police criminelle ont arrêté trois individus présumés auteurs du meurtre de Kouadio Djah Brice, 28 ans, étudiant en 2e année de Droit à l'université Félix Houphouët-Boigny (Ufhb) d'Abidjan.

Il s'agit de Ouédraogo Djibril, 32 ans, de nationalité burkinabè, jardinier, domicilié au sein du Chu de Cocody, de Yao Koffi Jean Flaubert alias Sagesse, étudiant en année de thèse de Philosophie à l'Ufhb, par ailleurs auditeur en qualité d'élève attaché administratif à l'Ecole nationale d'administration (Ena), et de N'Djou Narcisse d'origine camerounaise, surnommé Camerounais.

Un sans-emploi qui arrondit ses mois en vendant de l'eau chaude au sein du Chu de Cocody. Le premier a été interpellé le soir du meurtre, le 10 octobre, et le troisième, le 15 octobre alors qu'il était en formation à l'Ena.

Au dire du commissaire Elo Raymond, directeur de la police criminelle, qui se prononçait hier à son cabinet, en présence de ses collaborateurs dont le sous-directeur des enquêtes criminelles, le commissaire Zagadou Vincent De Paul, c'est après constat du corps que le Procureur de la République a demandé d'ouvrir une enquête.

Ainsi, vu que le corps de Kouadio Djah Brice, opérateur de "Loto bonheur" au sein du Chu, a été découvert dans un bac à ordures derrière la morgue dudit établissement, il présentait visiblement les signes d'un meurtre crapuleux. Une équipe a été diligentée sur place.

Le constat est effroyable : la dépouille présente des coups de machette que trahissait notamment une entaille « béante » au bas de la nuque. Ses pieds et mains ligotés dans le dos, son corps est enveloppé dans un sac de riz avant d'être dissimulé sous les ordures du dépotoir.

Ce que dit l'enquête

Recueillant des informations, les enquêteurs ont mis la main sur Ouédraogo Djibril qui avait, à un moment, travaillé pour Kouadio Djah Brice sur son terminal à loterie. Ce dernier, lors de la première audition, nie les faits. Mais la perquisition effectuée à son lieu d'habitation le confond très vite.

En fait, une fois sur place, l'équipe du commissaire Elo Raymond découvre une machette bien aiguisée, des habits lui appartenant tachés de sang et aussi une importante somme en coupure de 10 000 FCfa et 5000 FCfa dont certains tachetés de sang.

Interrogé à nouveau, il reconnaît avoir participé à l'assassinat de l'étudiant. Mais ce forfait, il avoue ne l'avoir pas commis seul. Il soutient avoir été aidé par Kouadio Yao Koffi Jean Flaubert alias Sagesse et N'Djou Narcisse.

A entendre Djibril, une affaire d'argent serait le mobile du crime. Lorsqu'il travaillait avec Kouadio Djah Brice, il lui aurait fait enregistrer une perte d'un million FCfa qu'il a pris l'engagement de rembourser à raison de 25 000 FCfa par mois.

Trouvant cette somme très basse pour que le défunt rentre totalement dans ses fonds, il se rendait très souvent chez son créancier Djibril pour qu'il revoie à la hausse le montant à verser mensuellement.

« Chaque fois, des histoires éclataient entre nous lorsqu'il venait m'encaisser son dû », reconnaît-il. Avant d'indiquer que ses deux présumés complices faisaient partie du coup pour éliminer l'étudiant, même si ces derniers rejettent cette affirmation en bloc.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.