Madagascar: Affaire « Za Gasy » - « Des témoins oculaires menacés », selon Lanto Rakotomanga

Un miracle. La députée Lanto Rakotomanga hausse le ton par rapport à l'affaire Jean Navandahy Ratiharison.

Après avoir été placé sous mandat de dépôt à la maison de force de Tsiafahy le 31 mai dernier car accusé d'être impliqué dans le meurtre d'un jeune partisan du MAPAR lors des dernières élections législatives, le président national de l'association « Za Gasy » a bénéficié d'une liberté provisoire le 9 octobre dernier. « Une décision difficile à comprendre et inconcevable », selon la députée MAPAR élue à Tana II. « Comment se fait-il qu'un homme poursuivi pour homicide volontaire puisse obtenir une liberté provisoire ? Pourtant, même pour un homicide involontaire comme les accidents de la circulation, c'est rare d'obtenir une LP. Ce n'est pas un délit ordinaire, c'est un crime », soutient-elle. Lanto Rakotomanga de rappeler au passage que « des témoins oculaires ont confirmé la présence et la participation du président national de l'association Za Gasy dans ce meurtre. D'où son placement sous mandat de dépôt à Tsiafahy ». « Si les Juges ont eu le moindre doute de son implication dans cette affaire, il n'aurait pas été envoyé à Tsiafahy », estime-t-elle.

« Corruption de haut niveau ». Continuant sur sa lancée, Lanto Rakotomanga de faire savoir que « les témoins à charge pour cette affaire font actuellement l'objet de menaces et des intimidations ». Soupçonnant l'existence d'une « corruption de haut niveau » dans cette affaire, la députée de Tana II lance un appel à l'endroit du président de la République Andry Rajoelina afin de prendre ses responsabilités pour que Justice soit faite. « Comment peut-on accepter que le président de l'association Za Gasy et ses deux complices ont tous recouvré la liberté juste au moment où le président de la République annonce que les détenus ayant commis un crime de sang doivent purger leur peine et ne bénéficieront pas de grâce présidentielle ? », se demande Lanto Rakotomanga.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.