Ile Maurice: Riambel - Cité de Dieu, oubliée à côté des ordures

Quand on arrive à l'entrée de Cité de Dieu, l'atmosphère fait craindre le pire. L'air est irrespirable et ce qu'on constate est pitoyable. C'est par une impasse qu'on y a accès !

«Notre village est maintenant connu comme le village dépotoir», disent avec consternation les quelques habitants que nous avons rencontrés et dont nous avons gagné la confiance avec beaucoup de difficulté. Plusieurs parmi eux sont simplement rentrés chez eux évitant ainsi d'énumérer leurs récriminations aux autres.

À cause de l'environnement poussiéreux et de l'air irrespirable, les maladies telles la gale et la diarrhée les affectent souvent, particulièrement les enfants. S'ils vivent encore dans des bicoques et des maisons dont la plupart sont en tôle, Les résidents sont quand même débrouillards.

Il est choquant de constater dans quelles conditions vivent les habitants de Cité de Dieu. L'endroit est devenu boisé et l'impression générale est que les ordures y font des petits. Une résidente nous relate la mésaventure survenue dans la maison où elle habite avec sa famille.

La maison elle-même n'est pas dans un état qui leur permet de dormir sur leurs deux oreilles, ajoute-t-elle. Par temps pluvieux, l'eau pénètre à travers la toiture. «Pendant l'hiver la situation est pitoyable, nous éprouvons beaucoup de difficultés pour passer la nuit.» Elle explique également qu'à chaque fois elle doit trouver l'argent pour pouvoir remplacer les tôles abîmées.

Stéphanie Martin, 32 ans, raconte que récemment le passage du cyclone Berguitta les a fait trembler de frayeur. La cuisine et les toilettes se trouvant en dehors de la maison, leur vie a été rendue difficile, du fait qu'il pleuvait beaucoup et qu'il faisait froid.

Corinne Firjaune, âgée de 46 ans, nous confie d'ailleurs que quand il pleut, la situation devient plus compliquée avec des nids-depoule partout. Pour améliorer leur quotidien, «d'autres habitants et moi-même avons même accepté de mettre un morceau de nos terrains à la disposition des autorités afin d'agrandir le chemin», a-t-elle précisé.

Mais quant à savoir quand seront entrepris les travaux, c'est une autre paire de manches.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.