Congo-Brazzaville: Sécurité alimentaire et nutritionnelle - La FAO réitère son accompagnement

La représentante de l'agence onusienne, Suze Percy Filippini, a renouvelé la promesse, le 16 octobre à Brazzaville, à l'occasion de la célébration de la Journée mondiale de l'alimentation.

Pour cette année, le thème retenu est « Agir pour l'avenir : une alimentation saine pour un monde faim zéro ». A cet effet, les décideurs du monde entier et les acteurs de la chaîne alimentaire humaine se sont principalement penchés sur les questions de la sécurité sanitaire des aliments.

« Notre priorité absolue devrait être l'éradication de toute forme de malnutrition. Cela nécessite d'investir davantage dans les interventions efficaces et durables tout au long de la chaîne alimentaire, de la production à la consommation, en instituant notamment des incitations financières et des environnements réglementés pour les entreprises et producteurs alimentaires », a indiqué Suze Percy Filippini.

Elle a souligné qu'avec l'urbanisation et la hausse des revenus, les habitudes alimentaires connaissent une mutation. « Nous sommes passés d'une alimentation essentiellement végétale, de saison, et riche en fibres, à des aliments hypercaloriques , riches en amidons raffinés, en sucre, en graisses, en sel, en aliments transformés, et souvent à une consommation excessive de viande », a-t-elle clarifié.

La représentante de l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) au Congo a insisté sur le fait que les modes de production, d'approvisionnement et de consommation doivent changer. Pour cela, le système alimentaire actuel devrait favoriser la production de denrées de base à haut rendement. « Nous devons veiller à ce que l'intensification de la production vivrière ne provoque pas une perte rapide de biodiversité face aux changements climatiques », a lancé Suze Percy Filippini.

Toujours dans le cadre de la célébration de cette journée, plusieurs activités ont été organisées, à savoir la levée de fonds au profit des enfants pris en charge par les unités de récupération nutritionnelle de l'hôpital de Makélékélé (premier arrondissement), une remise de matériel aratoire et de produits bio pesticides aux maraîchers du huitième arrondissement, Madibou, par la ministre de l'Economie forestière, Rosalie Matondo.

Une exposition et vente des produits bio et transformés a également été faite. Elle a connu la participation des producteurs confondus de la zone de Madibou, notamment les pêcheurs, agriculteurs, transformateurs et éleveurs.

Selon le rapport mondial élaboré par la FAO, le Fonds international de développement agricole, l'Organisation mondiale de la santé, le Programme alimentaire mondial et l'Unicef en 2019 sur la situation de la sécurité alimentaire et nutritionnelle, la prévalence de la sous-alimentation est en moyenne de 26,3% en Afrique centrale et 40,3% en République du Congo.

Rappelons que la célébration de la Journée mondiale de l'alimentation a coïncidé avec la commémoration du 74e anniversaire de la création de la FAO.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.