Togo: Le fonds Khalifa, ce qu'il va apporter au secteur agricole togolais

Depuis Juillet dernier, le Togo, par le biais du ministère de l'Agriculture, de la Production animale et halieutique, et le fonds Khalifa sont liés par un accord de financement de 15 millions de dollars.

Selon les termes de cet accord, paraphé à Lomé, côté togolais par le ministre Noël Koutéra Bataka et du côté du Fonds Khalifa pour le développement des entreprises, par le président, Hussain Jasim Al Nowais, il est destiné prioritairement au secteur agricole, aux jeunes entrepreneurs agricoles et des PME/PMI du secteur et sera mis à la disposition du Mécanisme incitatif de financement agricole (MIFA).

Le fonds Khalifa « vient créer une ligne de financement pour le MIFA et permettra de financer de très petites et moyennes entreprises pour les amener à créer des emplois et améliorer les revenus des populations », c'est ce qu'indiquait à l'époque le ministre Koutéra Bataka.

Deux précisions de taille, « les femmes vont être bénéficiaires à plus de 40 % de cette ligne de financement », et aussi, c'est un financement fondé sur le partage de risque.

Et des informations du financier, représenté dans ce contrat par Hussain Jasim Al Nowais l'on compte créer à travers ce financement, qui doit être mobilisé en faveur de 3 500 projets agricoles essentiellement innovants au Togo, environ 13 000 emplois.

Faut-il le rappeler, cet accord en question a vu ses bases être jetées depuis le dernier déplacement de Faure Gnassingbé à Abu Dhabi, aux Emirats arabes unis, en mars dernier.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Télégramme228

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.